L’OBO, le rachat à soi-même Une pratique intéressante pour les dirigeants-actionnaires de PME

Contenu mis à jour le 21 mars 2024

Qu’est-ce qu’un OBO – Owner by Out ?

L’OBO (owner by out) est une opération de cession à soi-même, variante du traditionnel LBO. Elle permet à un dirigeant-actionnaire de créer une holding qui rachètera sa propre entreprise via un endettement bancaire. Découvrez notre cas-pratique dans ce nouvel article de l’Académie. 

Exemple concret d’OBO, la cession à soi-même 

Exemple concret d’OBO, la cession à soi-même 

Un dirigeant et actionnaire fondateur d’une PME prospère et en pleine croissance, qui n’envisage pas de prendre sa retraite dans un proche avenir, souhaite néanmoins, après des années d’effort consacrées au développement de son entreprise :  

  • Réaliser une partie de son actif professionnel pour sécuriser sa situation patrimoniale personnelle ; 
  • Amorcer la transmission de son patrimoine à ses enfants ; 
  • Encourager la montée en puissance dans l’entreprise de l’un d’eux ou d’un proche collaborateur.

L’OBO répond à ces enjeux et apporte une réponse efficace pour transformer une réussite professionnelle en une réussite patrimoniale

Le constat :

Dans le contexte cité précédemment, la cession immédiate de sa société constituerait à l’évidence une réponse inappropriée car elle serait prématurée et incompatible avec les projets et ambitions professionnelles du dirigeant. 

Alternativement, l’associé fondateur a l’opportunité de restructurer son outil professionnel via la constitution d’une société holding qu’il va constituer en intégrant ses enfants (et ce, en maîtrisant totalement le calendrier de transmission c’est-à-dire de manière immédiate ou progressive). 

Cette holding aura pour objet de racheter la totalité des titres de la société opérationnelle qui étaient jusqu’alors détenus en direct par le dirigeant.

Les avantages d’un OBO sur le plan fiscal :

Cette opération de cession à soi-même ou « OBO » (owner by out), variante du traditionnel LBO, s’inscrit dans un environnement juridique et fiscal favorable pour le dirigeant. Elle lui permet, en effet, de réaliser ses objectifs en bénéficiant des avantages de la fiscalité des plus-values mobilières des particuliers.

L’opération d’OBO intermédiaire permettra ainsi de figer la plus-value réalisée depuis la création de la société en contenant la fiscalité associée de l’ordre de 30% (Flat tax) à 34% au plus en intégrant la CEHR.

Une étude personnalisée permettra de déterminer si l’option pour le barème progressif avec le bénéfice des abattements pour durée de détention (de droit commun ou renforcé, pouvant atteindre 65% ou 85%) permet d’atténuer la charge fiscale.

La maîtrise de la fiscalité est d’autant plus nécessaire qu’il existe une grande incertitude sur la fiscalité au moment où le dirigeant sera prêt à se déposséder complètement de sa structure auprès d’un tiers, par exemple dans le cadre d’un départ à la retraite. 
En réalisant l’opération d’OBO en amont, le dirigeant capitalise sur la valeur ajoutée déjà produite et en maîtrise le coût fiscal.

Nos recommandations pour la mise en œuvre d’une opération d'OBO :

Nos recommandations pour la mise en œuvre d’une opération d'OBO :

La restructuration de l’outil professionnel présente des avantages très recherchés mais elle est toutefois une opération délicate devant être appréhendée sur les plans juridiques, fiscaux et sociaux.

Chaque étape de l’opération est réalisée dans un ordre et un timing précis. Il faut compter au moins 6 mois pour réaliser une opération d’OBO, quel que soit son objet : mise en société d’une entreprise individuelle / cession de parts d’une société.

Le respect de ce timing est un élément par nature anxiogène pour le chef d’entreprise/ dirigeant. La réalisation d’un rétroplanning permettra de rassurer le dirigeant dans la réalisation des opérations et permettra au conseil d’anticiper certaines particularités liées, par exemple, aux professions règlementées. Nos équipes vous accompagnent sur l’ensemble de ces sujets. 

Forts de plus de 30 ans d’expérience, nous sommes présents aux côtés de nos clients entrepreneurs à chaque étape de leur vie : du développement de leur activité à la transmission de leur entreprise en passant par la protection de leurs proches.

Mélanie Collu Directrice Ingénierie Patrimoniale

Partager cette publication
Nous Contacter
Découvrir également
 
La cession d’une entreprise est une étape importante dans la vie d’un dirigeant, d’un actionnaire ou d’un associé. Il est primordial d’anticiper cette cession, d’autant plus lorsque cette société est détenue directement par les associés, sans l’intermédiaire d’une société holding.
Une société holding est une société qui détient des titres dans une ou plusieurs autres sociétés, communément appelés « filiales ».
Afin de faciliter la transmission de titres de sociétés au sein d’un groupe familial, le législateur a instauré un dispositif fiscal visant à réduire le coût fiscal de l’opération en exonérant de droits de mutations à titre gratuit trois quarts de la valeur des titres de l’entreprise. Il s’agit du Pacte Dutreil.
Une holding est une société qui détient directement ou indirectement des participations dans une ou plusieurs autres sociétés. Une holding et ses filiales forment ensemble un groupe de sociétés.
La transmission d’une activité professionnelle s’accompagne en général du départ à la retraite du dirigeant ou de l’exploitant. Elle peut être effectuée à titre onéreux ou gratuit. Il s'agit d'une étape clé dans la vie du dirigeant, qu'il convient d'anticiper.
La SPFPL est un type particulier de société holding. Elle est en principe soumise à l’impôt sur les sociétés et peut sous conditions bénéficier de certains régimes de faveur en présence d’une filiale à l’impôt sur les sociétés et notamment du régime mère-fille et de la niche Copé.
Il existe deux contraintes règlementaires propres aux professions libérales : la détention du capital social et des droits de vote et l'objet social de la société.
Une société tout comme un groupe de sociétés se construisent au fur et à mesure de leur développement. Il peut arriver qu’au cours de leur vie, ils soient confrontés à une nécessaire adaptation pour faire face à des changements économiques, macroéconomiques, juridiques, sociaux etc.
Un excédent de trésorerie trop important sur les comptes bancaires de votre entreprise ne rapporte rien et, face à l’inflation, vous fait même perdre de l’argent. Plusieurs solutions existent pour placer la trésorerie de votre entreprise.