Comment déterminer sa résidence fiscale ? Définition et détermination de la résidence discale

Contrairement à certaines idées reçues, il ne suffit pas de partir travailler à l’étranger et de s’y installer pour bénéficier du statut de non-résident fiscal français. De la même façon, le seul déménagement en France ne permet pas d’être considéré comme ayant son domicile fiscal en France.

Comment définit-on la résidence fiscale ?
Comment définit-on la résidence fiscale ?

Pour considérer avoir son domicile fiscal en France, il convient au préalable de remplir les critères qui permettent d’être qualifié de résident fiscal en France au sens du droit interne, avant de vérifier s’il n’existe pas un conflit de résidence fiscale avec un autre Etat au regard des conventions fiscales applicables.

Cette définition est d’autant plus importante que les conséquences fiscales qui y sont attachées sont distinctes. En effet, le résident fiscal d’un pays est soumis à une obligation fiscale illimitée sur ses revenus mondiaux. Il a donc l’obligation de déclarer l’ensemble de ses revenus nationaux et étrangers dans son pays de résidence fiscale. Un non-résident fiscal français quant à lui, est en principe soumis à une obligation fiscale limitée aux revenus de source française uniquement par exemple.

Quand est-on considéré « résident fiscal français » au sens du droit interne ?

En France, une personne est considérée comme résidente fiscale française dès lors qu’elle respecte l’un des 3 critères suivants de l’article 4B du CGI.

Avoir son foyer ou son lieu de séjour principal en France :
Avoir son foyer ou son lieu de séjour principal en France :

Le foyer s’entend du lieu de résidence habituelle et permanente de la personne ou de sa famille (il s’agit du lieu du centre de ses intérêts familiaux).

Lorsque le foyer permanent de la personne ne peut être déterminé (exemple une personne célibataire), alors le lieu de son séjour principal est examiné. Ce dernier sera réputé être en France, si la personne réside plus de 183 jours par an en France, même de manière discontinue et quelles que soient les conditions de ses séjours (à l’hôtel, logement mis à sa disposition...).

Exercer en France son activité professionnelle principale :
Exercer en France son activité professionnelle principale :

L’activité professionnelle principale (et non accessoire) est celle pour laquelle la personne consacre le plus de temps effectif ou à défaut celle qui lui procure le plus de revenus.

Avoir son centre d’intérêts économiques en France :
Avoir son centre d’intérêts économiques en France :

Il est fait référence ici au patrimoine mobilier et immobilier, détenu et administré en France par la personne. 

Ces critères s’analysent pour chaque personne membre du même foyer. Si à l’issue de cette analyse, un des critères est rempli, le domicile fiscal est considéré comme étant en France. Cependant, il peut arriver qu’un autre Etat, sur les fondements de ces propres critères de résidence fiscale, considère que la personne est résidente fiscale dans son pays. Il est nécessaire dans ce cas d’étudier les critères de résidence fiscale mentionnés dans la convention fiscale applicable entre la France et cet autre Etat.

Quel est le rôle des conventions fiscales en cas de conflit de résidence ?

Le contribuable peut également être considéré comme étant résident fiscal du pays d’accueil au regard de son droit interne. C’est dans le cas où les deux pays revendiquent la résidence fiscale qu’il y a naissance d’un conflit de domiciliation. Les conventions fiscales internationales ont pour principal objectif de déterminer l’Etat dans lequel le contribuable est résident fiscal.

Contrairement à l’étude des droits internes de chacun des pays, les critères énoncés par la convention sont hiérarchisés. Chaque critère doit être analysé un par un. Au premier critère déterminant, la résidence fiscale est prononcée, l’analyse des autres critères devenant inutile.

Les conventions, qui sont réalisées en règle générale à partir du modèle OCDE, retiennent les critères suivants :

  • 1er critère : foyer d’habitation permanent : ce critère prend en compte toute forme d’habitation dont la personne peut disposez et dont elle s’est réservé l’usage (maison, appartement, logement prêté…)
  • 2ème critère : centre des intérêts vitaux : dans ce cas, il convient d’analyser les liens personnels et économiques avec chacun des deux Etats.
  • 3ème critère : séjour habituel : il s’agit d’examiner dans quel Etat la personne séjourne habituellement (présence physique sur le territoire).
  • 4ème critère : résident dont la personne a la nationalité
  • 5ème critère : L’Etat de résidence est déterminé conjointement par les autorités contractantes des deux Etats.
Nous contacter
Nous contacter

Nos équipes se tiennent à votre disposition pour vous conseiller avant votre départ de France, pendant la durée de votre séjour à l'international et à votre retour en France.

Nos conseils pour une expatriation en toute sérénité

LES FORMALITÉS POUR S'EXPATRIER

Différentes formalités nécessitent d’être réalisées avant le départ (immigration, protection sociale, formalités fiscales…), mais également post-départ de France.

LA NOTION D'EXIT TAX

Lorsqu’un contribuable fiscal français s’expatrie et qu’il transfère son domicile fiscal hors de France, ce transfert peut entrainer l’imposition immédiate des plus-values latentes sur les droits sociaux à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

LES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES

Afin d'éviter la double imposition, favoriser la coopération internationale entre les Etats et lutter contre la fraude fiscale, certains Etats ont signé des conventions fiscales internationales. 

LE RÉGIME DES IMPATRIÉS

Les personnes qui arrivent en France ou qui rentrent en France, sans y avoir été domiciliées fiscalement pendant les 5 années civiles précédant leur prise de fonction en France, peuvent, sous réserve de remplir certaines conditions, prétendre au statut « d’impatrié » et bénéficier de certains avantages fiscaux. 

LES RÉGIMES MATRIMONIAUX À L'INTERNATIONAL

La loi française prévoit différents régimes matrimoniaux que les époux peuvent choisir et aménager, et applique par défaut un régime de communauté d’acquêts. Qu'en est-il des régimes matrimoniaux à l'international ?

LES SUCCESSIONS INTERNATIONALES

Dans un contexte international, il convient de déterminer quelle loi successorale sera applicable à la succession. La loi successorale permet de désigner qui sont les héritiers et quelle sera leur part dans la succession du défunt, les droits du conjoint, etc.