17 janvier 2024
Bilan et remise des compteurs à zéro. Convictions pour 2024.

2023, une année en 2 temps

L’année 2023 aura été finalement une bonne année pour les actions (+20 % pour le MSCI World en Euro) avec quelques faits marquants.

On retiendra tout d’abord que la performance de l’année s’est principalement faite en deux temps : au début d’année, avec la poursuite d’un retour à une meilleure fortune post crise de 2022 et, en fin d’année, avec les anticipations d’assouplissement des politiques monétaires en 2024, motivées par un combat contre l’inflation bien engagé sans que s’installe la récession.

On notera également que les performances des actions US ont été portées par des performances hors normes (au-delà de 100 % en moyenne) sur les 7 valeurs emblématiques (Apple, Microsoft, Nvidia, Amazon, Netflix, Alphabet, Méta, Tesla). En dehors de ces valeurs, les performances auront été beaucoup plus modestes (9 % pour les actions « values »).

Enfin, le rebond attendu des actions chinoises s’est transformé en une correction (-18 %) à l’aune d’une activité économique qui n’a pas réussi à repartir.

Une nouvelle année commence et une nouvelle page boursière est à écrire…

Il sera difficile de rééditer les performances soutenues des thèmes les plus en vogue en 2023. Cependant, l’inflation paraît maîtrisée et les économistes envisagent un atterrissage en douceur de l’activité, vers un régime de croissance faible, mais non récessif (prudence des chefs d’entreprise et maintien de la consommation).

2024 pourrait ainsi s’avérer une année « normale » : les rendements monétaires (autour de 3,8 %) devraient se maintenir légèrement au-dessus de l’inflation avant de refluer au fil de l’intervention des banques centrales. En fin d’année, les marchés estiment qu’ils pourraient se situer entre 2,5 % et 3 %. Les obligations d’entreprise - en combinant les obligations de qualité et le haut rendement - devraient permettre de cristalliser aujourd’hui des rendements proches de 4 % sur les trois ou quatre prochains exercices.

À l’horizon…

Sur des horizons plus longs, les actions restent globalement attractives. Même si des fluctuations inhérentes au fonctionnement des marchés sont à prévoir, le scénario central reste constructif. Les actions européennes s’achètent aujourd’hui à 13 fois les résultats attendus en 2024 et versent un dividende moyen de 3,5 %. Aux États-Unis, si les valeurs technologiques s’inscrivent sur des multiples de valorisation exigeants (24x 2024 pour le Nasdaq 100), en moyenne ces multiples s’établissent autour de 16 fois les résultats.

Ces indicateurs issus d’une moyenne ne reflètent pas les disparités qu’on observe entre les secteurs. Les thématiques les plus cycliques ou sujettes à des changements économiques profonds (automobile, banques, énergie) montrent des multiples de résultats fortement décotés (inférieurs à 8), lorsque les thématiques plus orientées qualité/croissance s’échangent sur des multiples autour de 20 fois les résultats attendus. Ces écarts montrent que les prix de marchés prennent d’ores et déjà en compte les principaux enjeux économiques (ralentissement de l’activité, transition énergétique, disruption…). Le maintien d’une approche diversifiée autour de ces thématiques auquel on pourrait ajouter les petites capitalisations est de nature à contenir les risques.

Cette toile de fonds connaitra certainement des aléas (désinflation moins rapide, ralentissement plus prononcé qu’attendu, élections US…) qui pourront être source d’opportunité. Le risque non envisagé à ce jour par les marchés reste celui d’une récession, qui à ce jour ne transparaît pas à travers la santé du consommateur ou celle des entreprises.

François Jubin

Directeur Général Zenith AM

Lire aussi
 
19 février 2024

Mais que se passe-t-il sur les 10 ans américain ? ; L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Moins évidente à appréhender que celle du marché actions, la dynamique actuellement à l’œuvre sur le marché obligataire américain offre un regard sur les défis auxquels la première économie mondiale doit faire face. Le fait que l’indice S&P 500 vienne d’inscrire de nouveaux records historiques en franchissant le seuil symbolique des 5000 points laisse à penser que les investisseurs sont confiants dans l’avenir des entreprises outre Atlantique. Mais pourquoi ne retrouve-t-on donc pas cette dynamique sur le marché obligataire ?

2 février 2024

Jerome Powell corrige la copie des opérateurs ; La zone évite la récession !

Les semaines se suivent… et se ressemblent dans les salles de marchés, alors que les derniers jours ont été marqués par une volatilité persistante en lien avec les préoccupations croissantes liées à l'inflation. Les investisseurs ont en effet réagi aux indicateurs économiques, notamment aux chiffres de l'emploi aux États-Unis, qui ont dépassé les attentes… ce qui a pu également alimenter les craintes d'une politique monétaire plus stricte.

30 janvier 2024

Loi de finances, quelles nouveautés pour 2024 ?

Comme chaque année, la loi de finances pour 2024 introduit une série de mesures fiscales qui s’appliqueront progressivement à compter du 1ᵉʳ janvier.

30 janvier 2024

Rôle, consentement et trajectoire de l’impôt

Le rôle de l’impôt a évolué au fil des siècles pour progressivement modifier ses objectifs économiques, perturbant ainsi le consentement à l’impôt... Dans sa conception classique, l'impôt sert à la couverture des dépenses publiques de la communauté ou de la société, les dépenses des services publics. Ce rôle original, et originel, de l'impôt est d’autant plus facilement acceptable que l’État utilise le prélèvement pécuniaire pour l’affecter, en vertu de sa puissance exclusive et régalienne, à des dépenses protectrices et éducatives.

29 janvier 2024

Immobilier : où investir en 2024 ?

Pour résumer l’année immobilière 2023, il est important de retenir que malgré la plus forte compression des volumes de transaction depuis 10 ans, les prix immobiliers n’ont connu qu’une correction lente, contenue et variable selon les territoires.

29 janvier 2024

Placements financiers : quelles perspectives pour 2024 ?

2023 est déjà loin derrière nous… Alors que reste-t-il d’une année d’attentisme influencée par la hausse des taux et d’une épargne sans risque rémunératrice ? Certaines classes d’actifs financiers ont su tirer leur épingle du jeu, mais prenons le temps de balayer les principales classes d’actifs et leurs perspectives !