Publié le 27 juin 2024

Plan d'Épargne Retraite et Plan d'Épargne Retraite prévoyance, quelle différence ?

Il est important de rappeler que le Plan d'Épargne Retraite, autrement dit le PER, est un dispositif d'épargne long terme destiné à compléter les revenus lors du passage à la retraite. Il comporte une phase d'épargne constituée de versements permettant d'obtenir une économie d'impôt et une phase de liquidation. 

Toutefois, en cas de survenance d'un événement majeur, tel que le décès ou l'invalidité, durant la phase d'épargne, l'objectif ne pourra être atteint.

En cas de décès

En cas de décès durant la phase d'épargne, les versements s'arrêtent et le capital est transmis selon la clause bénéficiaire du contrat.

Pour pallier ce problème, certains assureurs offrent la possibilité de souscrire à une option, la garantie de bonne fin. Moyennant des frais supplémentaires, ajoutés aux frais sur versements, l'assureur couvre l'engagement de versement adhérent.

Prenons un exemple, Alain un assuré de 45 ans, a opté pour des versements mensuels de 1 000 / mois jusqu'à la date de terme de son contrat (c'est-à-dire 64 ans, l'âge de son départ à la retraite). Mais il décède malheureusement à 50 ans :

Avec un PER sans option, le capital transmis sera de 60 000 €. Alors qu'avec un PER souscrit avec la garantie de bonne fin, le capital transmis sera de 228 000 €.

En cas d'invalidité

En cas d'invalidité durant la phrase d'épargne, l'assuré n'est plus en mesure d'effectuer des versements.

L'option pouvant être retenue auprès des assureurs, porte sur la prise en charge des cotisations en cas d'arrêt de travail et/ou d'invalidité. Moyennant des frais supplémentaires, ajoutés aux frais sur versements, l'assureur prend en charge la cotisation en se substituant à l'assuré.

Prenons un exemple : Alma, une assurée de 45 ans, a opté pour des versements mensuels de 1 000 € / mois jusqu'à la date de terme de son contrat. Elle devient invalide à 50 ans, son revenu baisse et elle sait également que cela aura une incidence sur ses régimes obligatoires de retraite, mais elle ne peut plus effectuer de versement sur son dispositif PER.

Avec un PER sans option, le capital restera à 60 000 €, correspondant à 5 ans de versement. Alors qu'avec un PER souscrit avec option, l'assureur prendra en charge les versements, ce qui permettra à Alma de compléter ses revenus de retraite.

Prévoir un capital épargnant progressivement pour :

  • compléter sa retraite
  • protéger son conjoint
  • protéger sa cellule familiale

... sont des objectifs pouvant être atteints si aucun événement majeur ne vient perturber les versements.


Ajouter des options de prévoyance, au sein de son PER, permet de diminuer l'impact financier que pourraient avoir de tels événements.

Thématiques : Prévoyance / Retraite

Florent Bebin

Directeur Commercial Protection Sociale

A lire dans la même catégorie
 
31 mai 2024

Pour la construction d’une allocation patrimoniale, trois étapes fondamentales sont nécessaires pour sélectionner et structurer les actifs.

25 avril 2024

Pour diminuer la fiscalité, deux solutions sont à la disposition des contribuables français : la réduction d’impôt et la déduction fiscale. Mais quelles sont les différences entre ces deux solutions ?

29 mars 2024

Un chef d'entreprise envisageant de céder ses titres peut optimiser ses impôts en les apportant à une société holding avant la vente. La plus-value est ainsi reportée et l'impôt différé tant que les titres restent dans la holding, qui agit comme un outil patrimonial [...]

29 février 2024

Le Private Equity ou capital-investissement en français, consiste à prendre une participation au capital de sociétés non cotées, pour financer le lancement, le développement ou l'évolution de ces entreprises, et leur permettre de se valoriser.

29 janvier 2024

La hausse des taux, initiée en 2022 par les banques centrales, ouvre alors de nouveaux enjeux pour la soutenabilité des dettes publiques.

21 décembre 2023

Visualisez notre vidéo « Concept du mois » !