12 janvier 2024

L’heureux Noël de « Mister Market » !

Après les fêtes de fin d'année, et le traditionnel ralentissement des volumes échangés, l’embellie des dernières semaines sur fond de détente des taux d’intérêts demandera confirmation en ce début d’année 2024. Les dernières données de 2023 ont continué d’installer un scénario central : ralentissement de l'inflation, atterrissage en douceur de l'économie américaine et prévisions de baisses de taux directeurs pour 2024.

Ce contexte particulièrement favorable a d’ailleurs permis un rebond marqué des principaux indices sur les deux derniers mois : le CAC 40 a ainsi rebondi de 30,1% entre le 12 octobre et le 27 décembre, le S&P 500 a pour sa part repris 33,7% sur la même période et le MSCI World (en dollars) n’est pas en reste avec une hausse de 34,1% !

Bien sûr, des doutes subsistent, que l’on parle des préoccupations liées au commerce mondial, des coûts du fret et des tensions logistiques. Tant que les taux souverains maintiennent leur tendance baissière (en partie due à des émissions obligataires ayant suscité une forte demande), les actifs risqués devraient trouver un terrain propice à la performance.

L’année 2024 s’ouvre dans les salles de marché avec un certain appétit pour le risque. Prudence toutefois, car la remontée des différents indices fut substantielle en fin d’année, notamment sur le mois de novembre. Seule certitude : l’actualité financière continuera de fluctuer autour de la capacité des banques centrales à réduire leurs taux directeurs.

Surtout, la question principale sera de déterminer si les nombreux investisseurs ont péché par optimisme en anticipant des baisses plus importantes que ne le prévoient les banquiers centraux eux-mêmes. Ajoutons également qu’un redressement progressif de la croissance mondiale, en particulier en Europe, serait à terme souhaitable pour les marchés, si tant est que ce rebond conjoncturel ne s’accompagne pas d’un autre… celui des tensions inflationnistes. À suivre…

Guillaume Brusson

Directeur de la Multigestion 

Lire aussi
 
29 mars 2024

L'art véritable est anticipateur - Saint-Pol-Roux

Il est tentant d’établir un parallèle entre la citation de Saint-Pol-Roux sur l'Art en tant qu'entité anticipatrice et la dynamique des prix sur les marchés financiers.

23 février 2024

La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe, c'est d'apprendre à danser sous la pluie

Cette citation – souvent attribuée à tort à Sénèque – peut être une métaphore utile pour appréhender la volatilité et les incertitudes inhérentes aux marchés. Au lieu de se paralyser par la peur des corrections du marché ou des périodes de baisse, cette perspective suggère de trouver des moyens de tirer parti des conditions difficiles, afin de se positionner avantageusement pour l'avenir.

29 janvier 2024

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

Les marchés obligataires ont été très optimistes sur le rythme de baisse des taux monétaires attendus en 2024. Le rappel à l’ordre de Christine Lagarde le 14 décembre dernier (« il ne faut pas baisser la garde » face à l’inflation) a participé à insuffler davantage de réalisme dans les équilibres du marché : quasiment l’ensemble des taux « Investment Grade » ont repris 40 points de base sur les 20 premiers jours de 2024.