22 février 2023
LES RÉSULTATS DES FONDS EUROS VIENNENT D’ÊTRE PUBLIÉS : BILAN ET PERSPECTIVES

Les supports en Euro représentent plus de 1300 milliards d’Euros de stock d’épargne en 2021. Ils sont décrits comme le placement préféré des Français. Face à la hausse des taux et de l’inflation, comment ont réagi les rendements des fonds en Euro, quelles en sont les perspectives ?

La revalorisation nette des Fonds Euros s’est élevée à 1,8% en moyenne pour l’exercice 2022. Face à la vive remontée des taux obligataires au-dessus de 3%, les assureurs ont été incités à relever les taux de rendement (en hausse de 0,50 points par rapport à 2021). C’est une bonne nouvelle pour les épargnants qui ont vu en même temps baisser de 10% à 15% la valeur de leurs unités de compte obligataires ou gestions prudentes.

Pour y parvenir, les assureurs ont dû puiser dans leurs réserves. En effet, les revenus nets générés par les placements des compagnies d’assurance sont estimés à moins de 1% (cf. graphique du mois) et ne permettent pas d’obtenir les 1.8% servis aux assurés. Selon le site Good Value For Money, ces réserves s’élevaient en 2021 à 4,9% des encours en Fonds Euros pour la participation aux bénéfices auxquelles il convient de rajouter les plus-values actions et immobilières (respectivement 5,3% et 2,5%). On peut estimer qu’une partie de ces réserves ait été utilisée en 2022 et que la baisse des marchés actions ait également diminué le montant des plus-values latentes actions. Mais finalement, les réserves des assureurs pourraient s’avérer encore confortables

.Elles devraient leur permettre de servir des taux équivalents à 2022 (autour de 2% voire en légère progression) pendant les cinq prochaines années avant que les revenus générés par leur portefeuille profitent de la hausse des taux obligataires que nous avons connu en 2022. En effet, du fait de la particularité comptable des Fonds Euros (cf. Le Concept du Mois), les revenus des assureurs vie présentent une forte inertie par rapport aux mouvements des taux d’intérêt. Ils sont assis principalement sur les coupons d’un portefeuille obligataire constitué au fil du temps et au gré du réinvestissement des titres arrivés à échéance. On estime ainsi (cf. graphique du mois) qu’il faudra attendre 2024 avant de voir les revenus des assureurs retrouver le sentier de la hausse.

Cette inertie conduira-t-elle les épargnants à se détourner des Fonds Euros pour se porter sur des instruments plus rémunérateurs ? Cela pourrait être le cas pour la collecte nouvelle qui serait sans doute ralentie par la concurrence des taux à terme offerts par les banques. Concernant le stock d’épargne existant, il est vraisemblable que les arbitrages vers des fonds investis en obligations privées ou des produits structurés défensifs seront limités aux investisseurs avertis, la garantie en capital à tout moment restant une caractéristique fort appréciée des investisseurs.

Lire aussi
 
19 février 2024

Mais que se passe-t-il sur les 10 ans américain ? ; L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Moins évidente à appréhender que celle du marché actions, la dynamique actuellement à l’œuvre sur le marché obligataire américain offre un regard sur les défis auxquels la première économie mondiale doit faire face. Le fait que l’indice S&P 500 vienne d’inscrire de nouveaux records historiques en franchissant le seuil symbolique des 5000 points laisse à penser que les investisseurs sont confiants dans l’avenir des entreprises outre Atlantique. Mais pourquoi ne retrouve-t-on donc pas cette dynamique sur le marché obligataire ?

2 février 2024

Jerome Powell corrige la copie des opérateurs ; La zone évite la récession !

Les semaines se suivent… et se ressemblent dans les salles de marchés, alors que les derniers jours ont été marqués par une volatilité persistante en lien avec les préoccupations croissantes liées à l'inflation. Les investisseurs ont en effet réagi aux indicateurs économiques, notamment aux chiffres de l'emploi aux États-Unis, qui ont dépassé les attentes… ce qui a pu également alimenter les craintes d'une politique monétaire plus stricte.

30 janvier 2024

Loi de finances, quelles nouveautés pour 2024 ?

Comme chaque année, la loi de finances pour 2024 introduit une série de mesures fiscales qui s’appliqueront progressivement à compter du 1ᵉʳ janvier.

30 janvier 2024

Rôle, consentement et trajectoire de l’impôt

Le rôle de l’impôt a évolué au fil des siècles pour progressivement modifier ses objectifs économiques, perturbant ainsi le consentement à l’impôt... Dans sa conception classique, l'impôt sert à la couverture des dépenses publiques de la communauté ou de la société, les dépenses des services publics. Ce rôle original, et originel, de l'impôt est d’autant plus facilement acceptable que l’État utilise le prélèvement pécuniaire pour l’affecter, en vertu de sa puissance exclusive et régalienne, à des dépenses protectrices et éducatives.

29 janvier 2024

Immobilier : où investir en 2024 ?

Pour résumer l’année immobilière 2023, il est important de retenir que malgré la plus forte compression des volumes de transaction depuis 10 ans, les prix immobiliers n’ont connu qu’une correction lente, contenue et variable selon les territoires.

29 janvier 2024

Placements financiers : quelles perspectives pour 2024 ?

2023 est déjà loin derrière nous… Alors que reste-t-il d’une année d’attentisme influencée par la hausse des taux et d’une épargne sans risque rémunératrice ? Certaines classes d’actifs financiers ont su tirer leur épingle du jeu, mais prenons le temps de balayer les principales classes d’actifs et leurs perspectives !