2 février 2024
Jerome Powell corrige la copie des opérateurs

Les semaines se suivent… et se ressemblent dans les salles de marchés, alors que les derniers jours ont été marqués par une volatilité persistante en lien avec les préoccupations croissantes liées à l'inflation. Les investisseurs ont en effet réagi aux indicateurs économiques, notamment aux chiffres de l'emploi aux États-Unis, qui ont dépassé les attentes… ce qui a pu également alimenter les craintes d'une politique monétaire plus stricte. C’est dans ce contexte que se tenait la toujours très attendue réunion de la Réserve Fédérale… qui n'a finalement offert aucune surprise majeure aux observateurs, avec le maintien des taux directeurs au niveau anticipé et une communication mesurée de la part de Jerome Powell.


Bien que l'institution exprime sa "confiance" dans la capacité de l'inflation à converger vers sa cible, elle se montre prudente et demande des preuves supplémentaires avant d'envisager une baisse des taux directeurs. Une position qui a conduit le président Jérôme Powell à exclure la possibilité d'une baisse en mars à ce stade, entraînant une réaction négative sur les marchés boursiers américains jeudi soir.


De manière plus surprenante, le rendement du 10 ans américain a chuté de plus de 10 points malgré le ton modérément restrictif de la Fed !


Avec élégance et diplomatie, Jerome Powell a (pour le moment) écarté d’un revers de main le rêve du marché, à savoir une éventuelle baisse des taux dès le mois de mars, en affirmant : "Je ne pense pas qu'il soit probable que le comité atteigne un niveau de confiance suffisant d'ici à la réunion de mars". Les autres commentaires du président incitent désormais les observateurs les plus optimistes à envisager la possibilité d'une première baisse des taux en mai… et les moins rêveurs en juin. A suivre !



La zone euro évite la récession !

Les chiffres du PIB du quatrième trimestre 2023 dans la zone euro ont réservé une surprise finalement positive, puisque l’Euroland affiche une croissance nulle après une légère contraction au trimestre précédent… et évite donc l’entrée en récession !

En dépit des effets du resserrement monétaire et des pertes de pouvoir d'achat des ménages, la stabilité globale du PIB dissimule toutefois, comme le souligne une analyse publiée par CM-CIC, des disparités significatives entre les pays membres. Tandis que l'Allemagne a connu une croissance négative (-0,3%) et la France stagné, l'Espagne, l'Italie et le Portugal ont enregistré une progression de leur activité. L'économie française a affiché une croissance de 0,9% en 2023.

Bien que la croissance ait stagné au cours de l'été et de l'automne, les six premiers mois de l'année ont été marqués par une activité économique plus robuste, permettant d'atteindre cette performance, selon l’INSEE. Pour évaluer cette performance, il est essentiel de prendre en compte l'évolution du PIB depuis 2019. Malgré la récession majeure en 2020 (-7,5%) due à la pandémie de Covid-19, la France a connu un rebond significatif en 2021 (+6,4%) et en 2022 (+2,5%).

Sur les cinq dernières années, la croissance moyenne annuelle en France s'élève à 0,7%... soit un niveau deux fois supérieur à celui de l'Allemagne, dont la croissance moyenne plafonne à 0,3%. L’Hexagone a donc mieux rebondi après la crise sanitaire, notamment à la faveur de son orientation vers les services tels que le tourisme, le commerce, les transports et la finance… tandis que l'Allemagne, axée sur l'industrie, a été plus durement touchée par l’inflation en 2023 en raison des prix élevés de l'énergie. Notons cependant que cette croissance française plus robuste s'accompagne d'une hausse importante des dépenses publiques, creusant la dette publique, passant de 97,4% du PIB en 2019 à 111,7% en 2023. En comparaison, l'Allemagne, moins dépensière, conserve un niveau de dette publique raisonnable, atteignant 64,8% du PIB.

Source : Zenith AM

Crédit images : Gettyimages

Achevé de rédiger par Guillaume Brusson et François Moisselin le 02/02/2024

Avertissement au lecteur. Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n'a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par Zenith AM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Zenith AM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et Zenith AM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée. Zenith AM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP--11000028.

François Moisselin

Gérant de portefeuille 

Guillaume Brusson

Directeur de la Multigestion 

Lire aussi
 
19 février 2024

Mais que se passe-t-il sur les 10 ans américain ? ; L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Moins évidente à appréhender que celle du marché actions, la dynamique actuellement à l’œuvre sur le marché obligataire américain offre un regard sur les défis auxquels la première économie mondiale doit faire face. Le fait que l’indice S&P 500 vienne d’inscrire de nouveaux records historiques en franchissant le seuil symbolique des 5000 points laisse à penser que les investisseurs sont confiants dans l’avenir des entreprises outre Atlantique. Mais pourquoi ne retrouve-t-on donc pas cette dynamique sur le marché obligataire ?

30 janvier 2024

Loi de finances, quelles nouveautés pour 2024 ?

Comme chaque année, la loi de finances pour 2024 introduit une série de mesures fiscales qui s’appliqueront progressivement à compter du 1ᵉʳ janvier.

30 janvier 2024

Rôle, consentement et trajectoire de l’impôt

Le rôle de l’impôt a évolué au fil des siècles pour progressivement modifier ses objectifs économiques, perturbant ainsi le consentement à l’impôt... Dans sa conception classique, l'impôt sert à la couverture des dépenses publiques de la communauté ou de la société, les dépenses des services publics. Ce rôle original, et originel, de l'impôt est d’autant plus facilement acceptable que l’État utilise le prélèvement pécuniaire pour l’affecter, en vertu de sa puissance exclusive et régalienne, à des dépenses protectrices et éducatives.

29 janvier 2024

Immobilier : où investir en 2024 ?

Pour résumer l’année immobilière 2023, il est important de retenir que malgré la plus forte compression des volumes de transaction depuis 10 ans, les prix immobiliers n’ont connu qu’une correction lente, contenue et variable selon les territoires.

29 janvier 2024

Placements financiers : quelles perspectives pour 2024 ?

2023 est déjà loin derrière nous… Alors que reste-t-il d’une année d’attentisme influencée par la hausse des taux et d’une épargne sans risque rémunératrice ? Certaines classes d’actifs financiers ont su tirer leur épingle du jeu, mais prenons le temps de balayer les principales classes d’actifs et leurs perspectives !

26 janvier 2024

Comment se porte l’économie de l’Euroland ? Pendant ce temps, outre-Atlantique…

Parmi les indicateurs les plus suivis à l’heure de jauger la conjoncture économique, les indices d’activités PMI de la Zone Euro étaient au programme cette semaine. L’heure était à un pessimisme modéré en amont de la publication, puisque les économistes attendaient une publication en territoire de contraction. Un scénario qui n’aurait pas nécessairement été accueilli comme une mauvaise nouvelle pour les stratèges de la BCE…