7 juillet 2023

JANET YELLEN AU CHEVET DE LA RELATION SINO-AMÉRICAINE ?

Nul ne peut ignorer à quel point les relations sino-américaines ont pu se détériorer ces dernières années, la guerre commerciale initiée par l’inénarrable Donald Trump (mise en place de tarifs douaniers sur des centaines de milliards de dollars de produits importés de Chine sur le territoire américain) constituant le point de départ d’une série d’anicroches plus ou moins médiatisées…

L’administration Biden avait ensuite pris le relais de l’ex-président… l’actuel président américain qualifiant même Xi Jinping de « dictateur » lors d’une réunion de campagne en Californie en juin dernier. Un qualificatif qui n’a que peu plu à Pékin…

Une fois n’est pas coutume, un officiel américain semble vouloir inverser cette tendance, puisque la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, est partie en cette fin de semaine à la rencontre de Xi Jinping et de plusieurs officiels chinois. Le premier objectif semble relativement peu ambitieux… mais non moins crucial : restaurer le dialogue entre les deux premières puissances mondiales.

La rencontre va se tenir dans un contexte toujours tendu puisque Pékin a restreint en milieu de semaine l’export de deux métaux stratégiques propre à la technologie ou encore l’énergie. Une réponse à une décision non moins stratégique, et qui reflète bien les forces de chacun, qui avait vu le gouvernement américain imposer l’année dernière des restrictions à l’exportation de semi-conducteurs américains vers la Chine.

Selon le département du Trésor, Janet Yellen entend rappeler à ses différents interlocuteurs « l’importance pour les deux pays, en tant que premières économies mondiales, de gérer leur relation de manière responsable » et la nécessité « de communiquer directement sur les sujets de préoccupation ». Tout un programme.

Depuis de longs mois, les Américains s’attachent à préserver les intérêts de sécurité nationale… Comprendre : limiter les transferts de technologie vers l’étranger, et plus particulièrement l’Empire du Milieu… tandis que les Chinois conditionnent l’export de leurs matières premières à ces mêmes technologies. Une issue favorable est-elle possible ?

Rappelons que les deux meilleurs ennemis ont toujours besoin l’un de l’autre… mais disposent également tous deux de leviers importants en terme de négociation.

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LE PROCHAIN GOULET D’ÉTRANGLEMENT ?

Thématique d’investissement pour le moins porteuse ces dernières années (notamment dans les énergies solaires), la transition énergétique ne semble pas obtenir les faveurs des investisseurs ces derniers mois. Pourtant, les forces de soutien semblent persister à long terme, tant l’ensemble des secteurs d’activités font de la décarbonation de l’économie une priorité.

Cette décarbonation, que les forces politiques appellent quasi-unanimement de leurs vœux, notamment sur le Vieux Continent, nécessitera évidemment une production accrue d’électricité… mais surtout la montée en puissance d’énergie verte.

Un constat qui fut dans un passé récent renforcé par le contexte né de la guerre en Ukraine et de la recherche d’alternatives aux énergies fossiles en provenance de Russie. Récemment, le sujet a été remis au goût du jour dans l’Hexagone par le gestionnaire du réseau électrique RTE dont l’analyse, relayée par les échos, s’apparente à un signal d’alarme.

Ainsi, la hausse des consommations électriques qu’engendreront inéluctablement les projets en cours (abandon progressif du chauffage au gaz, transformation progressive du parc automobile vers des véhicules électriques, décarbonation des aciéries, usines françaises dans les batteries) pourrait faire exploser la consommation nationale d’électricité jusqu’à 640 TWh d’ici 2035… soit tout de même 30% de plus qu’aujourd’hui selon cette même analyse !

Un sacré défi pour le système électrique français… mais pas seulement, puisque nombre de pays occidentaux affichent des objectifs similaires ! Rappelons que la France est loin d’être le pays le plus mal loti en termes d’infrastructures de production d’électricité.

Comme un symbole du défi auxquels les Etats engagés dans cette lutte vont faire face (pour peu qu’ils ne se désengagent pas de leurs objectifs)… mais aussi du boulevard qui s’ouvre pour les acteurs liés à la production d’énergies vertes.

Ainsi, toujours selon RTE, la production électrique dite « renouvelable » doit doubler d’ici 2035 en France, même en anticipant une meilleure disponibilité du nucléaire… Ce qui est tout sauf une garantie compte tenu de l’âge moyen des réacteurs nucléaires actuellement en service. A suivre…

Source : WiseAM, société de gestion du groupe Crystal

Crédits images : Adobe Stock

Achevé de rédiger par Guillaume Brusson le 07/07/2023 Avertissement au lecteur : Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par WiseAM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de WiseAM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et WiseAM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée.


WiseAM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le numéro GP–11000028.


Laplace, société inscrite sur le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (www.orias.fr), sous le n. 22001887 en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF), courtier en assurance (COA), courtier en opérations de banque et services de paiement (COBSP). Activité de démarchage bancaire et financier. Activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, carte professionnelle N. CPI 3402 2022 000 000 026 délivrée par la CCI de Paris Ile-de-France NE PEUT RECEVOIR AUCUN FONDS, EFFET OU VALEUR. Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Garanties financières de la compagnie MMA-IARD Assurances Mutuelles/MMA IARD, 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon, 72030 Le Mans Cedex 9, TVA intracommunautaire n. FR17 900 504 481 00020, SAS au capital de 417 027,54 E SIREN 900 504 481 RCS de Paris.

Lire aussi
 
25 avril 2024

Et si vous investissiez dans une résidence tourisme ?

Loin du modèle initial des années 1980, les nouveaux concepts de résidences de tourisme attirent de plus en plus. Avec, en 2023, une hausse de 10 % de fréquentation, 180 millions de nuitées accueillies et une croissance du nombre d'exploitants, ce secteur dynamique confirme son succès et représente une source d'opportunité d'investissements.

10 avril 2024

Palmarès Monde du Chiffre Édition 2024

En 2024, mériterons-nous de nouveau votre confiance ? Etoile d’or de 2016 à 2023, Laplace a le plaisir de concourir, cette année encore, dans la catégorie « Conseil en Gestion de Patrimoine », dans le cadre du Palmarès Le Monde du Chiffre.

5 avril 2024

L'activité tient bon sur le Vieux Continent ; La communication inégale des banquiers centraux américains

La semaine en cours a été marquée par la publication en Europe d’indicateurs d’activité PMI (Purchasing Manager’s Index) qui offrent un regard sur l’état économique de l’activité manufacturière et des services d’un pays ou d’une zone économique. Les indicateurs d’activité du secteur manufacturier publiés mardi ont créé la surprise avec des chiffres supérieurs aux attentes des analystes.

29 mars 2024

Faut-il revenir sur les « Small Cap » ?

En l’espace de deux ans, l’Euro Stoxx Small Cap aura rendu la surperformance qu’il avait accumulée au cours de la décennie précédente. Les prochaines années ouvriront-elles un nouveau cycle favorable aux "Small Cap" ?

29 mars 2024

Comment optimiser la cession de son entreprise grâce à l'économie réelle ?

Au-delà d’être un excellent moyen de diversification de son patrimoine, le capital investissement permet également au chef d’entreprise de mettre en musique la stratégie d’optimisation de cession de son actif professionnel.

29 mars 2024

Les phases clés de l'accompagnement patrimonial des dirigeants d'entreprise

À chacune des phases clés du cycle de vie de l’entreprise, le dirigeant dispose d’une panoplie de solutions reposant sur des outils juridiques, fiscaux, sociaux et assurantiels. La combinaison de mécanismes minutieusement choisis visera à optimiser la gestion des intérêts professionnels et privés, afin de minimiser les risques d’atteinte des objectifs fixés dans une perspective de long terme.