8 mars 2024

Une pause s'impose ?

Par analogie au message affiché sur les panneaux lumineux des autoroutes, il est tentant – voire rassurant - d’alléger ses investissements sur le marché actions lorsque ces derniers ont fortement progressé. 

Avec une progression autour des 5 % sur les deux premiers mois de 2024, ce rythme est difficilement soutenable, puisque cela équivaudrait à une performance annualisée de 30 %. Mais dans un environnement où la politique monétaire pourrait s’avérer plus accommodante pour les marchés à risque et où l’activité économique fait preuve de résilience (notamment aux États-Unis), pas certain qu’il faille craindre une correction destructrice de la performance latente.

La dynamique des marchés actions dépend de la perception des investisseurs sur la création de valeur à venir des entreprises. On peut décomposer cette perception entre des données économiques objectives (les résultats publiés par les entreprises) et l’optimisme (ou le pessimisme) plus ou moins prononcé des investisseurs sur les résultats futurs. Ce dernier point est habituellement mesuré à travers par le ratio Cours de bourse /Bénéfice (PER).

Si l’on en croit les PER actuels, on constate que les marchés US apparaissent très optimistes (PER2024 de 25x pour le S&P 500) et que les marchés Européens sont plus raisonnables (PER2024 de 14x pour l’Euro Stoxx). 

En réalité, ces chiffres, issus de moyennes, masquent un marché très divisé entre les entreprises dont les perspectives de croissance sont solides et celles dont les activités sont sujettes à des enjeux structurels. 

Ainsi, une valeur comme NVIDIA qui bénéficie d’un avantage compétitif sur un marché en explosion (l’intelligence artificielle) se valorise à 51,7 fois les résultats attendus pour 2024, lorsque Total Energie assis sur une rente pétrolière appelée à se contracter et qui doit réorienter ses activités vers de nouveaux marchés en lien avec la transition écologique, se paie 6,7 fois les résultats 2024 attendus.

Il n’est pas aisé de statuer sur la capacité de NVIDIA à multiplier par 2 ou 3 fois ses résultats dans les 5 ans à venir. Peut-être que Total Energies réussira à faire pivoter son modèle économique et préserver sa capacité à verser des dividendes importants. 

En conclusion, même si le rythme de progression des marchés devrait être moins soutenu, les actions peuvent continuer à progresser au gré des résultats futurs. Rester diversifié entre des thématiques de croissance affirmées et d’autres bénéficiant de valorisation attractive semble également important. 

Enfin, les incertitudes amènent leur lot de fluctuations, et conserver une partie de liquidités qui pourront être déployées lors de phases de marché moins optimistes, demeure une pratique empreint de bons sens.

François Jubin

Directeur Général Zenith AM

Lire aussi
 
29 mars 2024

L'art véritable est anticipateur - Saint-Pol-Roux

Il est tentant d’établir un parallèle entre la citation de Saint-Pol-Roux sur l'Art en tant qu'entité anticipatrice et la dynamique des prix sur les marchés financiers.

23 février 2024

La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe, c'est d'apprendre à danser sous la pluie

Cette citation – souvent attribuée à tort à Sénèque – peut être une métaphore utile pour appréhender la volatilité et les incertitudes inhérentes aux marchés. Au lieu de se paralyser par la peur des corrections du marché ou des périodes de baisse, cette perspective suggère de trouver des moyens de tirer parti des conditions difficiles, afin de se positionner avantageusement pour l'avenir.

29 janvier 2024

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

Les marchés obligataires ont été très optimistes sur le rythme de baisse des taux monétaires attendus en 2024. Le rappel à l’ordre de Christine Lagarde le 14 décembre dernier (« il ne faut pas baisser la garde » face à l’inflation) a participé à insuffler davantage de réalisme dans les équilibres du marché : quasiment l’ensemble des taux « Investment Grade » ont repris 40 points de base sur les 20 premiers jours de 2024.