11 août 2023

UNE DÉSINFLATION TOUJOURS À L’ŒUVRE ?

Une fois encore, l’estimation de l’inflation CPI américaine pour le mois de juillet s’annonçait déterminante pour les investisseurs : allait-elle renforcer la Réserve fédérale dans sa détermination à mettre fin à son cycle de relèvement des taux directeurs ?

Bien que l’inflation totale ait ralenti au cours de la dernière année (ce que les marchés n’ont pas manqué de saluer en juillet), le chiffre de juillet devait confirmer la dynamique de désinflation pour une Banque centrale toujours « data dependent ». Certains membres votants restaient sceptiques quant à un retour prochain autour de l’objectif de 2%, étant donné que l’inflation se maintenait à +4,9% en juin sur une base annuelle…

Les données relatives aux prix à la consommation du mois de juillet sont finalement ressorties en deçà des prévisions des économistes, confirmant un peu plus l’optimisme de ceux qui rêvent de la fin du cycle restrictif de la Réserve fédérale (scénario qui était devenu consensuel le mois dernier)…

Si les prix à la consommation aux Etats-Unis ont légèrement augmenté en juillet… l’inflation sous-jacente s’est, elle, encore modérée en rythme annuel. Les investisseurs pourraient retenir de ce rapport le verre à moitié plein. D’après les données officielles publiées jeudi par le département du Travail, l’indice des prix à la consommation (CPI) a donc enregistré une hausse de 0,2% le mois dernier, à l’instar de la progression observée en juin. Sur une période de 12 mois, cet indice a enregistré une augmentation de 3,2%, après la hausse de 3,0% enregistrée en juin.

Cette accélération, la première en 13 mois, trouve son explication dans des effets de base. Selon les économistes interrogés par Reuters, les prévisions moyennes tablaient sur une augmentation de 0,2% en un mois et de 3,3% sur une année. L’indice des prix de base, également appelé « core CPI » et excluant les produits alimentaires et l’énergie, a de son côté connu une augmentation de 0,2% en juillet, à l’instar de la croissance enregistrée en juin.

Sur une période d’un an, il a présenté un léger ralentissement, atteignant +4,7%, comparativement à +4,8% le mois précédent. Autre statistique très surveillée par la Fed qui souhaite éviter la surchauffe du marché du travail, les inscriptions au chômage ont progressé plus que prévu la semaine passée aux Etats-Unis. Paradoxalement une bonne nouvelle pour la Banque centrale…

Le Département américain au Travail vient en effet d’annoncer, pour la semaine close au 5 août, que les inscriptions au chômage ont augmenté de 21 000 à 248 000. Le consensus anticipait lui 230 000 inscriptions. La moyenne à quatre semaines s’établit à 231 000, en hausse de 2 750. Selon l’outil ‘Fedwatch’ du CME Group, les chances d’un statu quo lors de la prochaine réunion de la Réserve fédérale en septembre sont désormais de 88,5%. A suivre…