17 novembre 2023

Le CPI américain met le feu au marché

Les semaines se suivent et se ressemblent sur la planète finance… Après le trou d’air de septembre/octobre, les principales classes d’actifs continuent en ce mois de novembre de surfer sur des indicateurs économiques perçus comme favorables. L’optimisme ambiant des salles de marché tient avant tout à la publication mardi de l’indicateur « CPI » (inflation) du mois d’octobre.

L'inflation a de nouveau ralenti en octobre aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation s'affichant à 3,2% sur un an glissant, après 3,7% en septembre. Sur un mois, le renchérissement fut donc de 0,0%, un niveau bien en deçà des +0,4% du mois précédent. Les investisseurs ont racheté avec précipitation ce qu’ils brulaient encore il y a peu (foncières zone Euro, actions typées « croissance » donc sensibles à l’évolution des taux d’intérêts, marché obligataire dans son ensemble).

En d’autres termes, les opérateurs ont opéré un revirement massif, à la manière des séances qui ont pu suivre l’annonce des vaccins contre le covid. Ces réallocations se sont traduites par une notable dépréciation du dollar et une significative baisse des taux souverains à 4.45 pour le 10 ans américain. Au-delà des arbitrages sectoriels évoqués récemment, notons par ailleurs que ce mouvement a entraîné des conséquences favorables sur l’aversion au risque dans son ensemble, puisque les principaux indices actions ont bien profité du mouvement. Ces mêmes investisseurs anticipent donc désormais une première baisse des taux directeurs de la banque centrale américaine dès le mois de mai.

Puisqu’un bonheur financier n’arriverait jamais seul, elle serait ensuite, selon les anticipations, suivi de plusieurs baisses supplémentaires rapprochées.

Comment expliquer une telle euphorie boursière ? une étape significative a clairement été franchie : la persistance du mouvement de désinflation généralisée rassure les observateurs qui craignaient un feu de paille, et la dynamique se reflète dans la majorité des sous-composantes de l'inflation sous-jacente. Sur une base mensuelle, les prix des biens durables ont ainsi diminué… et ce malgré la hausse temporaire des prix des voitures d'occasion.

En parallèle, la baisse observée dans les composantes "services hors logement" et "logement", au cœur des préoccupations de la Fed, offre une assurance supplémentaire. Les planètes semblent donc de nouveau alignées. L’économie ralentit à un rythme maitrisé… Surtout, la diminution des prix immobiliers est enclenchée, tout comme la décroissance progressive des pressions salariales. 

Une "bonne" mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule

Puisque l’heure reste aux mauvaises nouvelles saluées par le marché (tant qu’elles ne sont pas trop mauvaises…), la consommation continue de ralentir aux Etats-Unis. Les ventes au détail aux États-Unis ont ainsi enregistré une nouvelle baisse en octobre, tant en termes de valeurs que de volumes, avec des variations respectives de -0,1% et -0,2% en glissement mensuel.

Notons toutefois que cette contraction s'est produite à un rythme moins prononcé que celui anticipé par les investisseurs, qui tablaient de leur côté sur une diminution de 0,3% pour les ventes en valeurs après une augmentation de 0,9% en septembre. Comme un symbole des nouvelles rassurantes pour la Fed qui semblent se multiplier en ce mois de novembre dans sa volonté de déclencher une rechute durable de l’inflation. 

Pendant ce temps, sur le vieux continent...

Les perspectives économiques se dégradent un peu plus encore, comme est d’ailleurs venu le confirmer la mise à jour des perspectives économiques de la Commission Européenne.

L’institution table désormais sur une croissance de l’Euroland de seulement +0.6% en 2023, contre +0.8% lors des estimations qui prévalaient encore cet été. Encore une mauvaise nouvelle pas trop mauvaise, puisque l’heure de l’entrée en récession ne semble pas encore venue. Surtout, la Commission Européenne continue de croire à un regain d’activité dès 2024 avec une croissance de l’ordre de +1.2%. A suivre… 

Source : Zenith AM

Crédit images : Gettyimages

Achevé de rédiger par Guillaume Brusson le 17/11/2023

Avertissement au lecteur. Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n'a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par Zenith AM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Zenith AM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et Zenith AM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée. Zenith AM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP--11000028.

Guillaume Brusson

Directeur de la Multigestion 

Lire aussi
 
6 mai 2024

Communiqué de presse : Goldman Sachs entre au capital de Crystal

Crystal, acteur majeur de la gestion de patrimoine en France annonce l'entrée de Goldman Sachs Private Equity à son capital

29 avril 2024

Et si vous investissiez dans une résidence de tourisme ?

Loin du modèle initial des années 1980, les nouveaux concepts de résidences de tourisme attirent de plus en plus. Avec, en 2023, une hausse de 10 % de fréquentation, 180 millions de nuitées accueillies et une croissance du nombre d'exploitants, ce secteur dynamique confirme son succès et représente une source d'opportunité d'investissements.

29 avril 2024

Période fiscale, dernière ligne droite

2019 a marqué deux évolutions notables pour l’ensemble des foyers fiscaux : l’obligation de déclaration en ligne des revenus et l’instauration du prélèvement à la source.

29 avril 2024

Expatriation et imposition : mode d’emploi (Spécificités polynésiennes)

De nombreux Français résidents fiscaux en Polynésie française détiennent et développent un patrimoine en France métropolitaine, impliquant certaines obligations fiscales, même s’ils sont considérés comme résidents fiscaux hors de France. Concernant l'imposition, trois cas de figure peuvent être distingués.

25 avril 2024

Il n'est pas trop tard !

Une multitude de dispositifs pour se constituer un patrimoine ou préparer sa retraite existent et sont encadrés par des textes législatifs prévoyant des déductions, des réductions ou des exonérations d’impôt.

25 avril 2024

Comment optimiser la stratégie de la rémunération dans le cadre d'une SARL ?

De manière générale, déterminer une stratégie de rémunération pertinente pour un dirigeant nécessite de maitriser différentes composantes, tout en étant capable, en cas de variation, d’en mesurer les conséquences.