9 juin 2023
LE CANADA ET L’AUSTRALIE SONT-ILS DES PRÉCURSEURS ?

Le sujet est récurrent, pour ne pas dire rébarbatif, depuis plus de 18 mois maintenant… mais l’inflation n’a décidément pas fini de faire couler l’encre dans les salles de rédaction de la presse financière !

Alors qu’elle concerne majoritairement les économies occidentales, un panorama de la situation à l’international permet toutefois de faire deux constats : l’inflation ne touche pas tout le monde de la même façon, et son évolution récente apporte également son lot de disparités.

Pour illustrer le premier de ces constats, l’exemple le plus parlant est bien sûr celui de la Chine. Alors que les Etats-Unis et l’Europe subissent des hausses de prix marquées (chacun à sa façon), l’Empire du Milieu ne connaît pas cette surchauffe ! En avril, l’inflation sur un an n’y était que… de 0,1% ! De quoi faire pâlir d’envie Jerome Powell et Christine Lagarde !

Pourquoi une telle différence ? La Chine connaît une situation économique bien spécifique : d’abord bloquée l’an dernier par la stratégie « zéro Covid », l’économie du pays connaît un redémarrage poussif sur fond de ralentissement de la demande mondiale en 2023.L’autre constat concerne l’évolution différentiée de l’inflation selon les zones géographiques. Là où les Etats-Unis ont vu leur indice CPI (« Consumer Price Index ») décroître depuis juillet 2022, cette tendance n’est pas la même au Japon, où le pic d’inflation a été constaté en janvier 2023. Le niveau de ce pic au pays du Soleil-Levant n’était d’ailleurs que de 4,3% (contre 9,1% aux Etats-Unis en juin 2022).

Ces différences montrent que chaque pays fait face à des problématiques différentes, et des critères tels que les importations de matières premières, la part de l’industrie ou des services dans leur activité, la dynamique de la consommation intérieure et du marché de l’emploi sont autant de facteurs qui justifient de tels écarts. Il ressort globalement que l’inflation devrait s’estomper à terme mais que la partie sous-jacente (les services et les salaires) peine à s’infléchir et contraint les banques centrales à rester fermes.

Certains pays tels que le Canada ou l’Australie font office de précurseurs de ce que pourraient être les prochains mouvements des banques centrales occidentales dans leur lutte contre l’inflation.La Banque du Canada, qui avait annoncé une pause dans sa politique de remontée des taux en janvier, a surpris les intervenants en annonçant hier une nouvelle hausse de 25 points de base de ses taux directeurs, pour les ramener à 4,75%. La Banque centrale australienne avait déjà surpris mardi dernier en relevant ses taux directeurs de 0,25%, portant le taux de référence à son niveau le plus haut depuis 11 ans.

Ces deux décisions ont été prises en réponse à un léger rebond de l’inflation dans chacun de ces pays, et inquiètent désormais les investisseurs sur l’orientation à venir des taux américains et européens…

LES INVESTISSEURS ATTENDENT LA FED DE PIED FERME

Alors que les fameux points pivots des banques centrales semblent plus proches que jamais, l’hypothèse d’une dernière salve de relèvement des taux directeurs reste malgré tout probable, comme en témoignent les décisions des banques centrales australienne et canadienne décrites précédemment.

La prochaine réunion de la Réserve fédérale américaine qui se tiendra mardi et mercredi prochain devient désormais un des points d’attention des intervenants. La probabilité d’un relèvement de 0,25% des taux directeurs aux Etats-Unis se situe désormais à 32,2% selon « FedWatch CME », tandis que le statu quo reste le scénario central (67,8% de probabilité).Même si l’inflation continue sa décrue aux Etats-Unis, le processus semble plus long que prévu, et le marché de l’emploi continue de montrer des signes de surchauffe : les « Non Farm Payroll » (les chiffres américains de l’emploi publiés chaque mois) publiés vendredi dernier ont largement surpris les attentes à la hausse avec 339 000 créations nettes d’emplois en mai contre 193 000 créations nettes attendues par les analystes.

D’un autre coté, les tensions salariales semblent se normaliser, et le resserrement récent des conditions de crédit atténuent quant à elles la pression en faveur d’une poursuite des hausses de taux.La pause des relèvements évoquée par le patron de la Fed lors de sa dernière conférence reste donc envisageable… Les investisseurs devront prendre leur mal en patience, en attendant la décision la semaine prochaine.

Source : WiseAM, société de gestion du groupe Crystal

Crédits images : Adobe Stock

Achevé de rédiger par François Moisselin le 08/06/2023 Avertissement au lecteur : Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par WiseAM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de WiseAM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et WiseAM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée.


WiseAM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le numéro GP–11000028.


Laplace, société inscrite sur le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (www.orias.fr), sous le n. 22001887 en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF), courtier en assurance (COA), courtier en opérations de banque et services de paiement (COBSP). Activité de démarchage bancaire et financier. Activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, carte professionnelle N. CPI 3402 2022 000 000 026 délivrée par la CCI de Paris Ile-de-France NE PEUT RECEVOIR AUCUN FONDS, EFFET OU VALEUR. Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Garanties financières de la compagnie MMA-IARD Assurances Mutuelles/MMA IARD, 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon, 72030 Le Mans Cedex 9, TVA intracommunautaire n. FR17 900 504 481 00020, SAS au capital de 417 027,54 E SIREN 900 504 481 RCS de Paris.

Lire aussi
 
19 février 2024

Mais que se passe-t-il sur les 10 ans américain ? ; L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Moins évidente à appréhender que celle du marché actions, la dynamique actuellement à l’œuvre sur le marché obligataire américain offre un regard sur les défis auxquels la première économie mondiale doit faire face. Le fait que l’indice S&P 500 vienne d’inscrire de nouveaux records historiques en franchissant le seuil symbolique des 5000 points laisse à penser que les investisseurs sont confiants dans l’avenir des entreprises outre Atlantique. Mais pourquoi ne retrouve-t-on donc pas cette dynamique sur le marché obligataire ?

2 février 2024

Jerome Powell corrige la copie des opérateurs ; La zone évite la récession !

Les semaines se suivent… et se ressemblent dans les salles de marchés, alors que les derniers jours ont été marqués par une volatilité persistante en lien avec les préoccupations croissantes liées à l'inflation. Les investisseurs ont en effet réagi aux indicateurs économiques, notamment aux chiffres de l'emploi aux États-Unis, qui ont dépassé les attentes… ce qui a pu également alimenter les craintes d'une politique monétaire plus stricte.

30 janvier 2024

Loi de finances, quelles nouveautés pour 2024 ?

Comme chaque année, la loi de finances pour 2024 introduit une série de mesures fiscales qui s’appliqueront progressivement à compter du 1ᵉʳ janvier.

30 janvier 2024

Rôle, consentement et trajectoire de l’impôt

Le rôle de l’impôt a évolué au fil des siècles pour progressivement modifier ses objectifs économiques, perturbant ainsi le consentement à l’impôt... Dans sa conception classique, l'impôt sert à la couverture des dépenses publiques de la communauté ou de la société, les dépenses des services publics. Ce rôle original, et originel, de l'impôt est d’autant plus facilement acceptable que l’État utilise le prélèvement pécuniaire pour l’affecter, en vertu de sa puissance exclusive et régalienne, à des dépenses protectrices et éducatives.

29 janvier 2024

Immobilier : où investir en 2024 ?

Pour résumer l’année immobilière 2023, il est important de retenir que malgré la plus forte compression des volumes de transaction depuis 10 ans, les prix immobiliers n’ont connu qu’une correction lente, contenue et variable selon les territoires.

29 janvier 2024

Placements financiers : quelles perspectives pour 2024 ?

2023 est déjà loin derrière nous… Alors que reste-t-il d’une année d’attentisme influencée par la hausse des taux et d’une épargne sans risque rémunératrice ? Certaines classes d’actifs financiers ont su tirer leur épingle du jeu, mais prenons le temps de balayer les principales classes d’actifs et leurs perspectives !