8 décembre 2023

Quand les banquiers centraux rejoignent les investisseurs

Alors que les banquiers centraux de la zone euro se réuniront pour la dernière fois de l’année civile la semaine prochaine, certains d’entre eux ont choisi ces derniers jours d’envoyer quelques signaux (précurseurs ?) aux investisseurs. Sans surprise, la fin de la hausse des taux apparait désormais comme un scénario certain, comme un symbole de l’amélioration constatée sur le front inflationniste. Une trajectoire désinflationniste qui s’est finalement accélérée plus rapidement que prévu ces derniers mois… et qui devrait permettre, selon le Président de la Banque de France François Villeroy de Galhau, de redonner du pouvoir d’achat aux agents économiques, ménages en tête.

Dans une interview donnée à la Dépêche du Midi, celui-ci a ainsi estimé que le ralentissement des prix de l'énergie (et d'autres postes de consommation), sous l’effet du durcissement de la politique monétaire, se produit à un rythme plus rapide qu'anticipé. Le gouverneur a également souligné que, bien que la lutte contre l'inflation progresse, elle n’est pour autant pas encore achevée. F. Villeroy de Galhau a également indiqué qu’aucune nouvelle augmentation des taux n'était envisagée… et qu’une baisse pourrait être envisagée courant 2024. Des propos qui rejoignent ceux tenus par Isabel Schnabel, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, qui a également estimé mardi dans une déclaration à Reuters, qu'une nouvelle hausse de taux était "improbable". Ces déclarations confirment un peu plus le scénario privilégié par les investisseurs ces dernières semaines, qui anticipent le pivot prochain des banques centrales, et qui ont donc engendré des flux importants sur l’ensemble du marché obligataire.

A titre d’exemple, le taux à 10 ans de la dette française évolue désormais sous les 2,75%, alors qu’il dépassait encore les 3,5% lors de la dernière semaine d’octobre. Si le tableau global apparait idyllique, notons toutefois que les ajustements d’anticipation n’appartiennent pas totalement au passé. Si la trajectoire (fin du durcissement monétaire) est actée, le calendrier définitif reste incertain. Les investisseurs ont considérablement revu leur copie et anticipent désormais une baisse des taux effective dès le 1er trimestre 2024 !

Un rebond de la croissance est toujours susceptible de décaler ce scénario, dont l’issue semble tout de même plus que probable. A suivre…

Le pétrole en renfort de la désinflation ?

Les bonnes nouvelles s’accumulent pour les investisseurs puisqu’à la perspective d’une possible réduction des taux par la BCE en 2024 est venue s’ajouter une baisse des prix de l’énergie, et notamment ceux de l’or noir. Cette semaine, le prix du brut léger américain WTI est même passé sous la barre symbolique des 70 dollars US… un seuil qui n'avait pas été atteint depuis le mois de juillet !

Pourtant, ce n’est pas faute de la part de pays membres de l’OPEP+ de vouloir maintenir des prix plus élevés (avec pour objectif une fourchette allant de 85 à 95 dollars par baril sur le WTI)… Mais le cartel, qui s’est réuni la semaine dernière peine à trouver un accord sur les coupes de production à valider pour atteindre leur but. Avec notamment les Etats-Unis qui augmentent leur production pour contrebalancer les décisions de l’OPEP+, l’influence des principaux producteurs d’or noir au monde est-elle en train de montrer ses limites ?

Cette détérioration des prix du pétrole rappelle également aux investisseurs que la baisse des cours de cette matière première peut être le signe d'une incertitude économique menaçant la demande. Malgré cela, le verre à moitié plein semble toujours l’emporter dans l’esprit des opérateurs.

A l’évidence, tout élément réduisant l'inflation est interprété comme un signal confirmant une possible baisse des taux directeurs… et donc comme un facteur de soutien aux principaux indices.

Pendant ce temps, outre-Atlantique...

Selon l’outil FedWatch du CME Group, le scénario semble aussi consensuel que celui dépeint sur l’Europe : 61% des intervenants anticipent même une baisse des taux d’intérêt dès le mois de mars ! Si le scénario peut là aussi sembler un brin optimiste, il confirme tout de même le chemin parcouru ces derniers mois, alors que nombre d’économistes reprochaient encore en début d’année à la Fed de ne pas avoir frapper assez fort et doutaient en ce sens de sa capacité à juguler l’inflation.

Pour confirmer leur vision, les investisseurs surveilleront de près en cette fin de semaine les données mensuelles sur l'emploi. Les précédents rapports avaient fait état d’une faiblesse de l'emploi privé et des ouvertures de postes, ce qui avait contribué à renforcer les espoirs concernant les perspectives de politique monétaire.

Source : Zenith AM

Crédit images : Gettyimages

Achevé de rédiger par Guillaume Brusson et François Moisselin le 08/12/2023

Avertissement au lecteur. Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n'a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par Zenith AM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Zenith AM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et Zenith AM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée. Zenith AM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP--11000028.

François Moisselin

Gérant de portefeuille 

Guillaume Brusson

Directeur de la Multigestion 

Lire aussi
 
11 juin 2024

Le Monde du chiffre édition 2024 : Une 9ème étoile au palmarès pour Laplace

Palmarès Le Monde du Chiffre : Laplace décroche sa 9ème étoile consécutive dans la catégorie Gestion de Patrimoine [...]

31 mai 2024

Maîtriser ses revenus pour maîtriser sa fiscalité : les stratégies efficaces pour réduire votre charge fiscale

Dans le contexte économique actuel et face à une législation fiscale de plus en plus complexe, optimiser son revenu imposable est devenu une préoccupation majeure pour de nombreux foyers. La recherche de solutions permettant de réduire sa charge fiscale tout en maximisant ses rendements financiers est au cœur des stratégies patrimoniales [...]

31 mai 2024

Quels sont les différents modes de gestion en assurance-vie ?

Il existe une multitude de supports d’investissement disponibles au sein des contrats d’assurance-vie. Toutes les classes d’actifs y sont représentées : fonds cotés, immobilier, produits structurés, Private Equity, et composeront l’allocation du souscripteur en fonction de ses objectifs et de son profil de risque.

31 mai 2024

Les fondamentaux des profils de risques

En gestion de patrimoine, le choix d'un profil de risque est crucial pour une planification financière réussie de ses investissements. Cette approche repose sur trois axiomes.

31 mai 2024

Les enjeux de la diversification financière

L’axiome de base d’une gestion avisée de ses deniers repose sur un choix pluriel des investissements projetés. Il s’agit de diversifier ses placements, afin de ne pas leur faire endurer le risque d’être soumis à un unique aléa : celui de l’évolution du seul actif au sein duquel l’investissement a été réalisé.

30 mai 2024

L’assurance-vie luxembourgeoise : un instrument contemporain pour la gestion de son patrimoine

Depuis plusieurs années, l’assurance-vie luxembourgeoise prend une place à part entière dans l’écosystème des investissements de la clientèle patrimoniale, grâce à ses nombreux atouts.