8 décembre 2023
Quand les banquiers centraux rejoignent les investisseurs

Alors que les banquiers centraux de la zone euro se réuniront pour la dernière fois de l’année civile la semaine prochaine, certains d’entre eux ont choisi ces derniers jours d’envoyer quelques signaux (précurseurs ?) aux investisseurs. Sans surprise, la fin de la hausse des taux apparait désormais comme un scénario certain, comme un symbole de l’amélioration constatée sur le front inflationniste. Une trajectoire désinflationniste qui s’est finalement accélérée plus rapidement que prévu ces derniers mois… et qui devrait permettre, selon le Président de la Banque de France François Villeroy de Galhau, de redonner du pouvoir d’achat aux agents économiques, ménages en tête.

Dans une interview donnée à la Dépêche du Midi, celui-ci a ainsi estimé que le ralentissement des prix de l'énergie (et d'autres postes de consommation), sous l’effet du durcissement de la politique monétaire, se produit à un rythme plus rapide qu'anticipé. Le gouverneur a également souligné que, bien que la lutte contre l'inflation progresse, elle n’est pour autant pas encore achevée. F. Villeroy de Galhau a également indiqué qu’aucune nouvelle augmentation des taux n'était envisagée… et qu’une baisse pourrait être envisagée courant 2024. Des propos qui rejoignent ceux tenus par Isabel Schnabel, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, qui a également estimé mardi dans une déclaration à Reuters, qu'une nouvelle hausse de taux était "improbable". Ces déclarations confirment un peu plus le scénario privilégié par les investisseurs ces dernières semaines, qui anticipent le pivot prochain des banques centrales, et qui ont donc engendré des flux importants sur l’ensemble du marché obligataire.

A titre d’exemple, le taux à 10 ans de la dette française évolue désormais sous les 2,75%, alors qu’il dépassait encore les 3,5% lors de la dernière semaine d’octobre. Si le tableau global apparait idyllique, notons toutefois que les ajustements d’anticipation n’appartiennent pas totalement au passé. Si la trajectoire (fin du durcissement monétaire) est actée, le calendrier définitif reste incertain. Les investisseurs ont considérablement revu leur copie et anticipent désormais une baisse des taux effective dès le 1er trimestre 2024 !

Un rebond de la croissance est toujours susceptible de décaler ce scénario, dont l’issue semble tout de même plus que probable. A suivre…

Le pétrole en renfort de la désinflation ?

Les bonnes nouvelles s’accumulent pour les investisseurs puisqu’à la perspective d’une possible réduction des taux par la BCE en 2024 est venue s’ajouter une baisse des prix de l’énergie, et notamment ceux de l’or noir. Cette semaine, le prix du brut léger américain WTI est même passé sous la barre symbolique des 70 dollars US… un seuil qui n'avait pas été atteint depuis le mois de juillet !

Pourtant, ce n’est pas faute de la part de pays membres de l’OPEP+ de vouloir maintenir des prix plus élevés (avec pour objectif une fourchette allant de 85 à 95 dollars par baril sur le WTI)… Mais le cartel, qui s’est réuni la semaine dernière peine à trouver un accord sur les coupes de production à valider pour atteindre leur but. Avec notamment les Etats-Unis qui augmentent leur production pour contrebalancer les décisions de l’OPEP+, l’influence des principaux producteurs d’or noir au monde est-elle en train de montrer ses limites ?

Cette détérioration des prix du pétrole rappelle également aux investisseurs que la baisse des cours de cette matière première peut être le signe d'une incertitude économique menaçant la demande. Malgré cela, le verre à moitié plein semble toujours l’emporter dans l’esprit des opérateurs.

A l’évidence, tout élément réduisant l'inflation est interprété comme un signal confirmant une possible baisse des taux directeurs… et donc comme un facteur de soutien aux principaux indices.

Pendant ce temps, outre-Atlantique...

Selon l’outil FedWatch du CME Group, le scénario semble aussi consensuel que celui dépeint sur l’Europe : 61% des intervenants anticipent même une baisse des taux d’intérêt dès le mois de mars ! Si le scénario peut là aussi sembler un brin optimiste, il confirme tout de même le chemin parcouru ces derniers mois, alors que nombre d’économistes reprochaient encore en début d’année à la Fed de ne pas avoir frapper assez fort et doutaient en ce sens de sa capacité à juguler l’inflation.

Pour confirmer leur vision, les investisseurs surveilleront de près en cette fin de semaine les données mensuelles sur l'emploi. Les précédents rapports avaient fait état d’une faiblesse de l'emploi privé et des ouvertures de postes, ce qui avait contribué à renforcer les espoirs concernant les perspectives de politique monétaire.

Source : Zenith AM

Crédit images : Gettyimages

Achevé de rédiger par Guillaume Brusson et François Moisselin le 08/12/2023

Avertissement au lecteur. Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n'a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par Zenith AM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Zenith AM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et Zenith AM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée. Zenith AM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP--11000028.

François Moisselin

Gérant de portefeuille 

Guillaume Brusson

Directeur de la Multigestion 

Lire aussi
 
19 février 2024

Mais que se passe-t-il sur les 10 ans américain ? ; L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Moins évidente à appréhender que celle du marché actions, la dynamique actuellement à l’œuvre sur le marché obligataire américain offre un regard sur les défis auxquels la première économie mondiale doit faire face. Le fait que l’indice S&P 500 vienne d’inscrire de nouveaux records historiques en franchissant le seuil symbolique des 5000 points laisse à penser que les investisseurs sont confiants dans l’avenir des entreprises outre Atlantique. Mais pourquoi ne retrouve-t-on donc pas cette dynamique sur le marché obligataire ?

2 février 2024

Jerome Powell corrige la copie des opérateurs ; La zone évite la récession !

Les semaines se suivent… et se ressemblent dans les salles de marchés, alors que les derniers jours ont été marqués par une volatilité persistante en lien avec les préoccupations croissantes liées à l'inflation. Les investisseurs ont en effet réagi aux indicateurs économiques, notamment aux chiffres de l'emploi aux États-Unis, qui ont dépassé les attentes… ce qui a pu également alimenter les craintes d'une politique monétaire plus stricte.

30 janvier 2024

Loi de finances, quelles nouveautés pour 2024 ?

Comme chaque année, la loi de finances pour 2024 introduit une série de mesures fiscales qui s’appliqueront progressivement à compter du 1ᵉʳ janvier.

30 janvier 2024

Rôle, consentement et trajectoire de l’impôt

Le rôle de l’impôt a évolué au fil des siècles pour progressivement modifier ses objectifs économiques, perturbant ainsi le consentement à l’impôt... Dans sa conception classique, l'impôt sert à la couverture des dépenses publiques de la communauté ou de la société, les dépenses des services publics. Ce rôle original, et originel, de l'impôt est d’autant plus facilement acceptable que l’État utilise le prélèvement pécuniaire pour l’affecter, en vertu de sa puissance exclusive et régalienne, à des dépenses protectrices et éducatives.

29 janvier 2024

Immobilier : où investir en 2024 ?

Pour résumer l’année immobilière 2023, il est important de retenir que malgré la plus forte compression des volumes de transaction depuis 10 ans, les prix immobiliers n’ont connu qu’une correction lente, contenue et variable selon les territoires.

29 janvier 2024

Placements financiers : quelles perspectives pour 2024 ?

2023 est déjà loin derrière nous… Alors que reste-t-il d’une année d’attentisme influencée par la hausse des taux et d’une épargne sans risque rémunératrice ? Certaines classes d’actifs financiers ont su tirer leur épingle du jeu, mais prenons le temps de balayer les principales classes d’actifs et leurs perspectives !