13 janvier 2023

2022, « ANNUS HORRIBILIS », CAP SUR 2023 !

La hausse des taux aura été l’élément marquant de 2022. Elle marque un changement majeur dans l’évolution que nous connaissons depuis plus de 30 ans.

2022, année marquée par un retour brutal de l’inflation

2022, aura été le grand chamboule-tout de la politique monétaire. Les hausses de taux pratiquées par les banques centrales closent un cycle de politique monétaire accommodante qui a vu le jour en septembre 2007, avec les premières baisses de taux au début de la crise des « subprimes ».

À cette époque, les taux sur les marchés obligataires étaient supérieurs à 10 % et l’inflation plafonnait à 4 %. Tout au long de ces trois décennies, les taux se sont callés sur cette inflation contenue. Mais cela n’était pas suffisant pour résorber un niveau de chômage élevé. Il a donc fallu faire appel à une politique monétaire expansionniste et non conventionnelle pour soutenir l’activité et lutter contre les pressions déflationnistes. Cela nous a conduit à des taux monétaires négatifs à partir de 2014.

Le retour brutal de l’inflation a mis fin à ce cycle trentenaire. En un an, l’inflation aura atteint 10 % (contre 2 % précédemment). Le « quoiqu’il en coûte » mis en place par les gouvernements des économies développées et la difficulté à reconstruire les chaines d’approvisionnement rompues lors des confinements ont poussé les prix à la hausse. Puis le déclenchement de la guerre en Ukraine a continué de propulser les prix de l’énergie vers des niveaux records (notamment pour le gaz). Ces éléments ont mis les banques centrales au pied du mur en les contraignant à monter leur taux pour lutter contre l’inflation, ce qui a contribué à accentuer la hausse des taux obligataires.

L’impact sur les actifs financiers a été profond pour les actions (-7 % à -33 % selon les indices) mais surtout pour les obligations censées jouer un rôle d’amortisseur et qui terminent l’année en retrait de 17 %.

L’année 2023 s’ouvre sur un contexte particulier

D’un côté, la hausse des taux et la chute du cours des actions offrent des niveaux de rendement et de valorisations si ce n’est attractif, tout au moins raisonnable dans une perspective à moyen terme. Le rendement des obligations est compris entre 2,6 % pour les obligations d’État de la zone Euro et 7 % pour les obligations émises par les entreprises les plus risquées. Pour les actions, le niveau des cours rapportés aux résultats dégagés par les entreprises reste en dessous de la moyenne historique pour les marchés européens et émergents et au niveau de la moyenne pour les actions US. En dépit de la forte reprise des marchés sur le dernier trimestre, les prix sont sur des niveaux raisonnables.

D’un autre côté, les États-Unis comme l’Europe devraient subir a minima un ralentissement de l’activité économique sur 2023 avant de revenir vers une croissance modeste en 2024. Seule la Chine pourrait connaître une accélération de son activité. En effet, la hausse des prix pèse sur les dépenses des consommateurs et sur l’activité des entreprises les plus exposées aux coûts de l’énergie. De même, le niveau des taux contraint les acteurs les plus endettés et les investissements.

L’évolution des marchés actions en 2023 dépendra de l’ampleur du ralentissement. Un atterrissage en douceur, comme le suggèrent les récentes statistiques économiques, justifie l’épisode de hausse actuel. Inversement, une détérioration des indicateurs pèserait sur les cours de bourses, mais dans une moindre proportion que ce que nous avons connu en 2022.

En définitive, nous sommes revenus dans un monde normal de l’investissement avec des taux de rendement positifs et des fluctuations boursières intrinsèques aux aléas de la vie économique.

Lire aussi
 
10 avril 2024

Palmarès Monde du Chiffre Édition 2024

En 2024, mériterons-nous de nouveau votre confiance ? Etoile d’or de 2016 à 2023, Laplace a le plaisir de concourir, cette année encore, dans la catégorie « Conseil en Gestion de Patrimoine », dans le cadre du Palmarès Le Monde du Chiffre.

5 avril 2024

L'activité tient bon sur le Vieux Continent ; La communication inégale des banquiers centraux américains

La semaine en cours a été marquée par la publication en Europe d’indicateurs d’activité PMI (Purchasing Manager’s Index) qui offrent un regard sur l’état économique de l’activité manufacturière et des services d’un pays ou d’une zone économique. Les indicateurs d’activité du secteur manufacturier publiés mardi ont créé la surprise avec des chiffres supérieurs aux attentes des analystes.

29 mars 2024

Faut-il revenir sur les « Small Cap » ?

En l’espace de deux ans, l’Euro Stoxx Small Cap aura rendu la surperformance qu’il avait accumulée au cours de la décennie précédente. Les prochaines années ouvriront-elles un nouveau cycle favorable aux "Small Cap" ?

29 mars 2024

Comment optimiser la cession de son entreprise grâce à l'économie réelle ?

Au-delà d’être un excellent moyen de diversification de son patrimoine, le capital investissement permet également au chef d’entreprise de mettre en musique la stratégie d’optimisation de cession de son actif professionnel.

29 mars 2024

Les phases clés de l'accompagnement patrimonial des dirigeants d'entreprise

À chacune des phases clés du cycle de vie de l’entreprise, le dirigeant dispose d’une panoplie de solutions reposant sur des outils juridiques, fiscaux, sociaux et assurantiels. La combinaison de mécanismes minutieusement choisis visera à optimiser la gestion des intérêts professionnels et privés, afin de minimiser les risques d’atteinte des objectifs fixés dans une perspective de long terme.

29 mars 2024

La Holding familiale : entre enjeux juridiques, fiscaux et familiaux

Véritable outil patrimonial, la holding familiale se révèle être un véhicule juridique permettant au chef de famille de développer sa surface patrimoniale tout en optimisant ingénieusement sa détention et sa transmission.