Publié le 19 février 2024

Mais que se passe-t-il sur les 10 ans américain ? ; L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Moins évidente à appréhender que celle du marché actions, la dynamique actuellement à l’œuvre sur le marché obligataire américain offre un regard sur les défis auxquels la première économie mondiale doit faire face. Le fait que l’indice S&P 500 vienne d’inscrire de nouveaux records historiques en franchissant le seuil symbolique des 5000 points laisse à penser que les investisseurs sont confiants dans l’avenir des entreprises outre Atlantique. Mais pourquoi ne retrouve-t-on donc pas cette dynamique sur le marché obligataire ?

Prenons pour exemple un indicateur très suivi par les investisseurs, à savoir le taux d’emprunt à 10 ans du marché américain (que l’on peut considérer comme le pendant obligataire du S&P 500) : après avoir atteint un pic à près de 5% à l’automne, la situation s’est améliorée fin 2023 avec en ligne de mire la perspective des baisses de taux directeurs en 2024 par la Réserve Fédérale. Le 10 ans US s’était alors replié sous la barre des 4%, avec un point bas sous les 3,8%. Pourtant, depuis ce point bas de fin décembre, la tendance est repartie à la hausse et le 10 ans américain se situe désormais au-dessus de 4,2%... Comment expliquer un tel phénomène ? Et pourquoi une telle tendance tandis que le marché actions semble au beau fixe ? La clef du mystère tourne autour de la banque centrale des États-Unis, qui avait annoncé fin 2023 vouloir mettre fin aux hausses de taux directeurs, et souhaitait même rentrer dans une phase de repli des taux directeurs en 2024. Le fameux point pivot, symbole tant attendu des investisseurs dans la lutte contre les pressions inflationnistes, était atteint ! Cependant, les communications récentes des banquiers centraux du pays de l’Oncle Sam ont calmé les ardeurs des investisseurs : en attendant un retour durable de l’inflation sur ses niveaux cibles, l’institution restera « data dependant » et continuera de vouloir éviter la surchauffe de l’économie.

La publication mardi dernier d’une inflation de 3,1% sur un an alors que le consensus attendait 2,9% montre que le combat n’est pas terminé. Si la dynamique reste globalement bien orientée (l’inflation annuelle était de 3,4% le mois précédent), cette publication a pris de court un certain nombre d’intervenants qui espéraient voir la Fed procéder bientôt, et à un rythme élevé, à une baisse des taux directeurs. Il en va de même sur le marché du travail, où la bonne dynamique (353 000 créations nettes d’emplois sur le seul mois de janvier 2024) constitue un frein à la lutte contre l’inflation… Il faudra faire preuve de patience, puisque le consensus des investisseurs table désormais sur un statu quo de la Fed pour les deux prochaines réunions de mars et de début mai. La première baisse des taux directeurs pourrait ainsi n’avoir lieu qu’en juin. Et c’est bien ce contretemps qui explique en grande partie la remontée récente du taux d’emprunt 10 ans sur les marchés américains. 

L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Qu’en est-il du côté du Vieux Continent ? S’il est évident que les problématiques d’inflation continuent de cristalliser l’attention des banquiers centraux et des investisseurs, les défis restent différents de ceux rencontrés outre Atlantique. Guerre en Ukraine, prix de l’énergie, transition énergétique viennent ainsi s’ajouter à la lutte contre l’inflation, le tout avec pour objectif de préserver une difficile unité au sein de l’Union Européenne et de la Zone Euro. En ce qui concerne la Banque Centrale Européenne, la lutte contre l’inflation est au cœur des débats, mais avec pour objectif d’éviter une entrée en récession de toute la zone.

Alors que le calendrier prévu pour les premières baisses de taux directeurs s’affine pour 2024, une bonne nouvelle est arrivée du côté de la macro-économie avec la publication hier des chiffres de la production industrielle qui a rebondi de 2,6% en décembre 2023 pour la Zone Euro. Bien sûr, il convient d’analyser plus en détail ce chiffre pour s’apercevoir que des spécificités liées à l’Irlande (et plus particulièrement ses nombreuses multinationales) ont artificiellement fait gonfler le chiffre, mais l’orientation globale des données pour l’ensemble du continent est plutôt bonne, d’autant qu’elle est venue confirmer la trajectoire haussière des indicateurs PMI de ces derniers mois. Si les disparités persistent (l’Allemagne continue de souffrir de ses problématiques énergétiques), il semble toutefois que la récession a été évitée et que l’assouplissement monétaire à venir favorisera une reprise plus marquée de l’économie à moyen terme.

Source : Zenith AM

Crédit images : Gettyimages

Achevé de rédiger par François Moisselin et Guillaume Brusson le 16/02/2024

Avertissement au lecteur. Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n'a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par Zenith AM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Zenith AM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et Zenith AM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée. Zenith AM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP--11000028.

Thématiques : Actualité financière

François Moisselin

Gérant de portefeuille 

Guillaume Brusson

Directeur de la Multigestion 

A lire dans la même catégorie
 
2 juillet 2024

Si le testament existe depuis la Grèce antique, le mandat de protection future et le mandat à effet posthume sont deux outils juridiques modernes introduits en 2007 dans le Code civil français. Leur usage permet d’anticiper des situations de vulnérabilité ou de préparer ce qu’il adviendra de son patrimoine.

1 juillet 2024

L’acquisition de Primonial permet désormais à Crystal de cumuler 22 Mds€ d’encours équilibrés entre clientèle directe et intermédiée, une collecte brute supérieure à 5 Mds€, générant près de 300 M€ de chiffre d’affaires [...]

28 juin 2024

Les professions libérales mettent à disposition leur temps et leurs compétences au service de leurs clients ou de leurs patients. Il semble donc évident de les protéger aussi bien eux que leurs proches en cas d'altération de leur état de santé et de leur capacité à exercer leur métier. Plusieurs axes sont à considérer.

28 juin 2024

Une personne entretient des liens avec un ou plusieurs pays lorsqu'elle possède une ou plusieurs nationalités, séjourne de façon permanente ou ponctuelle dans un ou plusieurs États, a son patrimoine situé dans différents pays, ou bien encore, elle a des membres de sa famille qui résident dans un ou plusieurs États. Tous ces liens ont des incidences dans de nombreux domaines : le premier qui vient à l'esprit est la fiscalité, mais d'autres impacts sur les domaines civils et sociaux ne doivent pas être négligés.

31 mai 2024

Dans le contexte économique actuel et face à une législation fiscale de plus en plus complexe, optimiser son revenu imposable est devenu une préoccupation majeure pour de nombreux foyers. La recherche de solutions permettant de réduire sa charge fiscale tout en maximisant ses rendements financiers est au cœur des stratégies patrimoniales [...]

31 mai 2024

Il existe une multitude de supports d’investissement disponibles au sein des contrats d’assurance-vie. Toutes les classes d’actifs y sont représentées : fonds cotés, immobilier, produits structurés, Private Equity, et composeront l’allocation du souscripteur en fonction de ses objectifs et de son profil de risque.