Publié le 27 avril 2023

Enfin une avancée outre-Atlantique ! Pendant ce temps, du côté des entreprises…

Véritable arlésienne de la dernière décennie, le « plafond de la dette » US et les craintes qui l’accompagnent ont refait surface ces dernières semaines dans les salles de marché.

Le recul récent constaté sur les taux souverains américains s’expliquait d’ailleurs en grande partie par ce retour… Bien sûr, le mouvement reste contenu mais symbolise tout de même le retour sur le devant de la scène de cette thématique.

Initialement, la date à laquelle le plafond devait être atteint se situait en septembre… Las, les moindres recettes fiscales américaines (dues notamment au ralentissement économique) ont amené les économistes à avancer l’échéance fatidique à cet été, ce qui explique les mouvements constatés : au-delà de la baisse des taux d’intérêt américains, le « coût de protection » contre le risque de défaut des Etats-Unis, matérialisé par le prix du CDS 1 an* s’est envolé pour atteindre un plus haut depuis le pic de 2011 (perte de la note AAA qu’accordaient alors les agences de notation à la dette émise par les Etats-Unis).

Comme souvent, le pragmatisme américain devrait in fine l’emporter… Une première avancée s’est d’ailleurs déroulée cette semaine avec la proposition de loi républicaine visant à relever le plafond de 1 500 milliards de dollars (et à son niveau du 31 mars 2024, période à laquelle la campagne présidentielle sera engagée).

En contrepartie, cette proposition de loi prévoit des réductions de dépenses de 4 500 milliards de dollars sur la prochaine décennie… Une proposition finalement adoptée dans la nuit de mercredi à l’issue d’un vote plutôt serré (217 voix pour, 215 contre) par la Chambre des Représentants. Une Chambre des Représentants à majorité républicaine, ce qui témoigne tout de même de la difficulté rencontrée à obtenir un consensus.

En passant cette loi, le chef de file des élus républicains Kevin McCarthy renvoie clairement la balle dans le camp des démocrates et de la Maison Blanche ! Bien sûr, ceux-ci se garderont bien de valider la proposition en l’état, mais les bases de négociations sont désormais posées… et les échanges vont pouvoir s’accélérer. Joe Biden a ainsi rappelé de son côté que le « relèvement du plafond de la dette était un sujet non négociable »… qu’il va pourtant bien devoir négocier ! Comme lors des derniers épisodes des dernières années, aucun des deux camps n’a intérêt à ce que le blocage perdure. A suivre…

*CDS : abréviation de « Credit Default Swap » en anglais, ce qui signifie en français « contrat sur le risque de défaut ». Il s’agit d’un instrument financier de couverture de risque de crédit, qui permet à un investisseur de transférer le risque de défaut de crédit d’un emprunteur à un autre investisseur.

PENDANT CE TEMPS, DU CÔTÉ DES ENTREPRISES…

Certaines valeurs technologiques américaines, du moins les plus importantes d’entre elles, retrouvent les faveurs des investisseurs ! Chahutées tout au long de l’année 2022 par leur sensibilité à l’évolution des taux d’intérêts, les principales sociétés qui composent l’indice Nasdaq des valeurs technologiques américaines poursuivent leur embellie cette semaine, à la faveur des très bons résultats trimestriels d’Alphabet, mais surtout Meta ou Microsoft.

Les 2 mastodontes ont en effet ouvert le bal des « earnings » du premier trimestre 2023 de la « tech »… La résilience des résultats de Microsoft, soutenus notamment par l’intelligence artificielle, a même porté aux nues la valeur dans la séance qui suivit la publication (+7,24% le 26 avril).

Meta a également su rassurer dans un contexte difficile avec un chiffre d’affaires sensiblement supérieur aux attentes (32 milliards de dollars au T1 2023), alimenté par un rebond des ventes publicitaires. Dans une moindre mesure, la publication d’Alphabet a elle aussi été saluée mais répond cette fois à l’annonce d’un plan de rachat d’actions pour le moins significatif (70 milliards de dollars).

Ces programmes constituent un soutien historique des valeurs américaines (850 milliards de dollars de rachats d’actions en 2021 pour les sociétés du S&P 500, 806 milliards de dollars en 2018) qui pourrait se matérialiser de nouveau ces prochains mois pour les sociétés les mieux capitalisées…

Du côté des valeurs bancaires, le contexte reste plus morose, dans le sillage de First Republic qui bute toujours sur la recherche du repreneur nécessaire à la cession d’une partie de ses actifs… La saison des résultats va s’intensifier (avec entre autres les publications de Caterpillar, Exxon Mobil ou Pfizer) et ainsi donner plus d’indications sur la résilience de certains secteurs au contexte économique (tensions inflationnistes et ralentissement économique).

Source : WiseAM, société de gestion du groupe Crystal

Crédits images : Adobe Stock

Achevé de rédiger par Guillaume Brusson le 27/04/2023 

Avertissement au lecteur : Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par WiseAM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de WiseAM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et WiseAM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée.

WiseAM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le numéro GP–11000028.

Laplace, société inscrite sur le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (www.orias.fr), sous le n. 22001887 en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF), courtier en assurance (COA), courtier en opérations de banque et services de paiement (COBSP). Activité de démarchage bancaire et financier. Activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, carte professionnelle N. CPI 3402 2022 000 000 026 délivrée par la CCI de Paris Ile-de-France NE PEUT RECEVOIR AUCUN FONDS, EFFET OU VALEUR. Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Garanties financières de la compagnie MMA-IARD Assurances Mutuelles/MMA IARD, 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon, 72030 Le Mans Cedex 9, TVA intracommunautaire n. FR17 900 504 481 00020, SAS au capital de 417 027,54 E SIREN 900 504 481 RCS de Paris.

A lire dans la même catégorie
 
2 juillet 2024

Si le testament existe depuis la Grèce antique, le mandat de protection future et le mandat à effet posthume sont deux outils juridiques modernes introduits en 2007 dans le Code civil français. Leur usage permet d’anticiper des situations de vulnérabilité ou de préparer ce qu’il adviendra de son patrimoine.

1 juillet 2024

L’acquisition de Primonial permet désormais à Crystal de cumuler 22 Mds€ d’encours équilibrés entre clientèle directe et intermédiée, une collecte brute supérieure à 5 Mds€, générant près de 300 M€ de chiffre d’affaires [...]

28 juin 2024

Les professions libérales mettent à disposition leur temps et leurs compétences au service de leurs clients ou de leurs patients. Il semble donc évident de les protéger aussi bien eux que leurs proches en cas d'altération de leur état de santé et de leur capacité à exercer leur métier. Plusieurs axes sont à considérer.

28 juin 2024

Une personne entretient des liens avec un ou plusieurs pays lorsqu'elle possède une ou plusieurs nationalités, séjourne de façon permanente ou ponctuelle dans un ou plusieurs États, a son patrimoine situé dans différents pays, ou bien encore, elle a des membres de sa famille qui résident dans un ou plusieurs États. Tous ces liens ont des incidences dans de nombreux domaines : le premier qui vient à l'esprit est la fiscalité, mais d'autres impacts sur les domaines civils et sociaux ne doivent pas être négligés.

31 mai 2024

Dans le contexte économique actuel et face à une législation fiscale de plus en plus complexe, optimiser son revenu imposable est devenu une préoccupation majeure pour de nombreux foyers. La recherche de solutions permettant de réduire sa charge fiscale tout en maximisant ses rendements financiers est au cœur des stratégies patrimoniales [...]

31 mai 2024

Il existe une multitude de supports d’investissement disponibles au sein des contrats d’assurance-vie. Toutes les classes d’actifs y sont représentées : fonds cotés, immobilier, produits structurés, Private Equity, et composeront l’allocation du souscripteur en fonction de ses objectifs et de son profil de risque.