29 janvier 2024
Placements financiers : quelles perspectives pour 2024 ?

2023 est déjà loin derrière nous… Alors que reste-t-il d’une année d’attentisme influencée par la hausse des taux et d’une épargne sans risque rémunératrice ?

Certaines classes d’actifs financières ont su tirer leur épingle du jeu en offrant un « market timing » attractif… mais les grands gagnants de l’année passée sont les comptes et dépôts à terme ayant pu atteindre un rendement entre 4 et 5 % chez certains établissements bancaires.

Prenons le temps de balayer les principales classes d’actifs et leurs perspectives !

Épargne bancaire 

L’épargne bancaire est toujours une composante importante du patrimoine des Français avec en première ligne une collecte nette de 25 milliards d’euros sur le livret A en 2023, dont le taux a été revalorisé à 3 % jusqu’en 2025. Intéressant donc pour placer son épargne liquide, mais toujours en dessous du niveau de l’inflation, ce qui constitue un mauvais choix sur du long terme.

Placements financiers cotés 

  • Fonds monétaires

Délaissés jusqu’à peu de temps, les fonds monétaires présentent au mois de janvier des taux actuariels entre 3 et 3,5 %. Ils sont la position idéale d’attente, dans un objectif de peaufiner sa stratégie d’investissement ou d’avoir une réserve de trésorerie pour saisir des opportunités. L’utilisation de ces fonds sera revue en cas de baisse des taux.

  • Obligations

De belles opportunités sur les obligations « Investment Grade » permettant d’encaisser des intérêts et d’espérer des plus-values dans le cadre d’une gestion active. En effet, si un éventuel ralentissement économique se matérialise et que les banques centrales diminuent les taux d’intérêt, la valorisation de ces obligations devrait bien se comporter.

Attention, aux défauts des entreprises de plus petite taille et plus risquées.

  • Actions

Troisième meilleure performance depuis 10 ans du CAC 40, qui réalise 16,5 % en 2023. Les distributions des 40 plus grandes entreprises françaises cotées s’élèvent à 97,5 milliards d’euros ! 

Et que dire des « 7 magnificents » (5 GAFAM + Nvidia & Tesla) qui règnent sur les marchés cotés ? Entre +45 % pour Alphabet la « moins » performante et + 217 % pour Nvidia.

Des hausses qui toutefois pourraient être contrariées par un ralentissement économique global ou un risque non embarqué lié à des facteurs exogènes… Les attentes sur les marchés actions restent donc limitées à ce stade.

  • Produits structurés

Entre visibilité sur la performance et protection du capital en cas de scénarios défavorables, les produits structurés devraient continuer d’attirer les investisseurs tout au long de 2024. En effet, la multitude de formules et d’indices permettent d’accompagner les différents évènements économiques et s’adaptent à la plupart des stratégies d’investissement.

Placements financiers non cotés 

Les levées en Private Equity ont souffert l’an passé, notamment à cause du coup d’arrêt des institutionnels. On peut donc être confiant sur les stratégies de LBO small et mid cap bien sélectionnées, dont les track records robustes dans le temps seraient résilients à un ralentissement économique.

Les besoins de liquidité comblés par les opérations de GP et LP leds offrent un excellent couple rendement/risque pour les investisseurs sur les marchés du secondaire.

Enfin, le crédit et la dette privée bénéficient d’un regain d’attractivité grâce à la combinaison hausse des taux / désintermédiation bancaire.

En ce début d’année, la diversification reste le maître mot en gestion privée, la plupart des classes d’actifs financiers offrant leur lot d’opportunités.

Avec un nouveau cycle immobilier devant nous, les discussions patrimoniales seront certainement riches les prochains mois…

Lire aussi
 
19 février 2024

Mais que se passe-t-il sur les 10 ans américain ? ; L'Europe aperçoit-elle une lumière au bout du tunnel ?

Moins évidente à appréhender que celle du marché actions, la dynamique actuellement à l’œuvre sur le marché obligataire américain offre un regard sur les défis auxquels la première économie mondiale doit faire face. Le fait que l’indice S&P 500 vienne d’inscrire de nouveaux records historiques en franchissant le seuil symbolique des 5000 points laisse à penser que les investisseurs sont confiants dans l’avenir des entreprises outre Atlantique. Mais pourquoi ne retrouve-t-on donc pas cette dynamique sur le marché obligataire ?

2 février 2024

Jerome Powell corrige la copie des opérateurs ; La zone évite la récession !

Les semaines se suivent… et se ressemblent dans les salles de marchés, alors que les derniers jours ont été marqués par une volatilité persistante en lien avec les préoccupations croissantes liées à l'inflation. Les investisseurs ont en effet réagi aux indicateurs économiques, notamment aux chiffres de l'emploi aux États-Unis, qui ont dépassé les attentes… ce qui a pu également alimenter les craintes d'une politique monétaire plus stricte.

30 janvier 2024

Loi de finances, quelles nouveautés pour 2024 ?

Comme chaque année, la loi de finances pour 2024 introduit une série de mesures fiscales qui s’appliqueront progressivement à compter du 1ᵉʳ janvier.

30 janvier 2024

Rôle, consentement et trajectoire de l’impôt

Le rôle de l’impôt a évolué au fil des siècles pour progressivement modifier ses objectifs économiques, perturbant ainsi le consentement à l’impôt... Dans sa conception classique, l'impôt sert à la couverture des dépenses publiques de la communauté ou de la société, les dépenses des services publics. Ce rôle original, et originel, de l'impôt est d’autant plus facilement acceptable que l’État utilise le prélèvement pécuniaire pour l’affecter, en vertu de sa puissance exclusive et régalienne, à des dépenses protectrices et éducatives.

29 janvier 2024

Immobilier : où investir en 2024 ?

Pour résumer l’année immobilière 2023, il est important de retenir que malgré la plus forte compression des volumes de transaction depuis 10 ans, les prix immobiliers n’ont connu qu’une correction lente, contenue et variable selon les territoires.

26 janvier 2024

Comment se porte l’économie de l’Euroland ? Pendant ce temps, outre-Atlantique…

Parmi les indicateurs les plus suivis à l’heure de jauger la conjoncture économique, les indices d’activités PMI de la Zone Euro étaient au programme cette semaine. L’heure était à un pessimisme modéré en amont de la publication, puisque les économistes attendaient une publication en territoire de contraction. Un scénario qui n’aurait pas nécessairement été accueilli comme une mauvaise nouvelle pour les stratèges de la BCE…