Transmission : le mandat à effet posthume Tout savoir sur le mandat à effet posthume

Contenu mis à jour le 22 mars 2024

Depuis le 1er janvier 2007, il peut être souscrit par toute personne nommé le "mandant" souhaitant qu'à son décès, la gestion de tout ou partie de son patrimoine soit confiée à une ou plusieurs personne(s) de confiance nommé "mandataire(s)" qui agiront dans l'intérêt d’un ou plusieurs héritiers identifiés.

Sous quelles conditions peut-on mettre en place un mandat à effet posthume ?

Sous quelles conditions peut-on mettre en place un mandat à effet posthume ?

La mise en place d’un mandat à effet posthume prive les héritiers de la possession de leur héritage. A ce titre, sa mise en place doit être justifié par un intérêt sérieux et légitime. Cet intérêt doit durer tout au long du mandat, à défaut il pourra être révoqué.

Quelques exemples d’intérêts sérieux et légitimes :

  • Présence d’un enfant incapable (mineur ou majeur) ;
  • Détention d’un patrimoine dont la gestion nécessite des compétences particulières (entreprise notamment) ;
  • Désintérêt de l’un des enfants pour la gestion patrimoniale ;
  • Mésentente entre les enfants, si elle est de nature à empêcher la bonne gestion du patrimoine.

Formalisme et durée d’un mandat à effet posthume

Formalisme et durée d’un mandat à effet posthume

Le formalisme du mandat à effet posthume

La mise en place d’un mandat à effet posthume est obligatoirement faite par un acte notarié.

A noter qu’avant le décès, le mandant et le mandataire peuvent renoncer au mandat à effet posthume après avoir notifié leur décision à l’autre partie.

La durée du mandat à effet posthume

Le mandat est en principe donné pour 2 ans maximum sauf en cas de prorogation judiciaire. Le juge a le pouvoir de proroger le mandat une ou plusieurs fois après demande d’un héritier ou du mandataire.

Par exception, le mandat peut être donné pour une durée de 5 ans (prorogeable dans les mêmes conditions), en raison de l’inaptitude, de l’âge du ou des héritiers ou de la nécessité de gérer des biens professionnels ou de posséder des compétences spécifiques pour administrer ou gérer le patrimoine. 

Qui peut être mandataire ?

Le mandataire doit jouir de sa pleine capacité civile ; si des biens professionnels sont compris dans le patrimoine à gérer, il ne doit pas être frappé d’une interdiction de gérer.

Le mandataire peut être un des héritiers non identifiés.

Le mandataire prend ses fonctions au décès du mandat et gère la succession dans l’intérêt des héritiers identifiés qui sont inaptes à le faire eux-mêmes

Mandat à effet posthume : quelle est la mission du mandataire ?

Mandat à effet posthume : quelle est la mission du mandataire ?

Le mandataire administre et gère tout ou partie de la succession de son mandant pour le compte et dans l’intérêt d’un ou plusieurs héritiers identifiés. Ses pouvoirs s’imposent aux héritiers concernés qui ont seulement la faculté de saisir le juge pour contester le mandat ou demander qu’il y soit mis fin.Le mandataire peut effectuer des actes conservatoires et d’administration sur les biens de la succession qui font l’objet du mandat. Il n’a pas le pouvoir de disposer des biens. Seuls les héritiers peuvent décider d’aliéner tout ou partie des actifs successoraux.Au titre de sa mission, le mandataire doit une fois par an rendre compte de sa gestion aux héritiers identifiés et les informer de l’ensemble des actes qu’il a accomplis.Le mandataire peut ou non toucher une rémunération. Celle-ci est encadrée par la loi et représente une fraction des fruits et revenus des biens successoraux résultant de la gestion du mandataire. Elle peut être remplacé ou complété par le versement d’un capital.

La transmission d’un patrimoine se prépare sur la durée et à tout âge. Depuis plus de 30 ans, nos équipes vous accompagnent dans l’anticipation et l’optimisation de votre succession.

Laëtitia Redon Ingénieur Patrimonial

Partager cette publication
Nous Contacter
Découvrir également
 
Le mandat de protection future permet à une personne majeure (mandant) et ne faisant pas l’objet d’une mesure de protection de désigner à l'avance, une ou plusieurs personnes (mandataires) pour le représenter le jour où elle ne sera plus en capacité (perte de capacité physique et mentale) de gérer ses intérêts dans les actes de la vie civile.
Le choix d'un régime matrimonial revêt une importance considérable car il détermine la répartition des biens et des responsabilités financières pendant le mariage ainsi que les modalités de partage en cas de divorce ou de décès d'un conjoint.
Par principe la donation doit être faite par acte authentique devant notaire à peine de nullité. C’est un contrat solennel qui se forme par l’échange des consentements du donateur et du donataire. Elle ne prend effet qu’au jour de l’acceptation par le donataire.
Le choix d'un régime matrimonial revêt une importance considérable pour les couples, car il détermine la répartition des biens et des responsabilités financières pendant le mariage ainsi que les modalités de partage en cas de divorce ou de décès d'un conjoint.
La donation-partage permet à une personne de son vivant, de procéder à la distribution de ses biens entre ses héritiers
L’auteur de la donation graduelle (donateur ou testateur) impose à la personne gratifiée l’obligation de conserver sa vie durant les biens ainsi reçus, et de les transmettre à sa propre mort à une seconde personne d’ores et déjà désignée par le disposant.
Les époux peuvent assurer leur protection mutuelle au-delà des droits légaux par la rédaction d’un testament (voir notre fiche spécifique sur le testament) ou d’une donation au dernier vivant.
Le régime de communauté universelle concerne principalement les époux qui souhaitent unir le plus largement possible leurs intérêts patrimoniaux. En d'autres termes, dans ce régime, aucune distinction n’est faite entre les biens acquis avant le mariage et les biens acquis pendant le mariage.
Le régime de séparation de bien est le régime séparatiste par excellence dans lequel il n’existe pas de masse commune. Ce régime a une source conventionnelle, il est choisi par les époux au moment du mariage dans leur contrat de mariage.
Institué par la loi du 15 novembre 1999 et complété par celle du 23 juin 2006, le PACS - Pacte Civil de Solidarité est régi par les articles 515-1 et suivants du Code civil comme un contrat conclu entre deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune.
Le concubinage, anciennement appelé union libre, est définit comme une union de fait caractérisée par une vie commune présentant un caractère de stabilité et de continuité entre deux personnes de sexe différent ou de même sexe qui vivent en couple.
Le testament permet d’organiser sa succession. C’est un acte personnel et écrit, révocable à tout moment, par lequel le testateur désigne les personnes qui recevront, à son décès, une partie ou la totalité de son patrimoine.
L’article 893 du code civil précise « La libéralité est l'acte par lequel une personne dispose à titre gratuit de tout ou partie de ses biens ou de ses droits au profit d'une autre personne. Il ne peut être fait de libéralité que par donation entre vifs ou par testament. » [...]