Publié le 16 janvier 2024

Le Figaro - « La concurrence est forte pour de bons rendements » : l’assurance-vie de nouveau alléchante

Article Le Figaro
Par Danièle Guinot ; Jorge Carasso
Source, Le Figaro

ANALYSE - Face à la concurrence des comptes à terme et du livret A, les assureurs redoublent d’efforts. Les fonds en euros connaissent des hausses de taux historiques.

Les épargnants peuvent se frotter les mains. Le fonds en euros de leur contrat d’assurance-vie retrouve des couleurs. Les premières annonces de taux pour 2023 tournent autour 3 % pour un grand nombre d’acteurs : Garance à 3,50 %, La France mutualiste à 3,70 %, la MACSF et Generali à 3,10 %, GMF Vie à 2,80 %, Milleis Vie à 2,75 %…

En 2020 et 2021, ce placement phare de l’épargne, garanti en capital, rapportait un maigre 1 %. Cette époque semble désormais révolue. [...]

« Attirer davantage d'épargne »

[...] La période de transition entre des taux très bas et des taux élevés est délicate à gérer pour le secteur une partie des portefeuilles obligataires sont depuis deux ans en moins-values latentes (le cours des obligations déjà émises diminue lorsque les taux remontent). Mais le pire est peut-être passé, car les taux d'intérêt à long terme ne grimpent plus ; ils ont même tendance à baisser.

« Tant que les taux d'intérêt restent aux niveaux actuels, les assureurs n'auront pas de problèmes majeurs, assure Guillaume Leroy, actuaire associé chez Prim'act. Pour sortir de cette phase difficile et face à la concurrence de produits d'épargne de court terme, ils cherchent aujourd'hui à attirer davantage d'épargne qu'ils pourront investir sur des obligations mieux rémunérées.»

Cette stratégie doit leur permettre d'améliorer progressivement et naturellement (sans puiser dans les réserves) le rendement obligataire des fonds en euros. Ce qui est capital pour collecter et ne plus être en moins-values latentes. Le contexte est propice, avant le léger repli attendu des taux. « Ils ont trois à six mois pour se constituer des réserves pour investir sur le marché obligataire », explique Benoist Lombard, président de Maison Laplace, le family office de Crystal.

  • Consultez l'article dans son intégralité : lefigaro.fr
A lire dans la même catégorie
 
10 juillet 2024

[…] « Le rendement dépend des résultats sociaux de l'entité émettrice après l'arrêté des comptes », indique Benoist Lombard, président de Maison Laplace et directeur général adjoint du groupe de gestion privée Crystal. […]

8 juillet 2024

[…] Pour l'international de rugby, Alexandre Menini, 40 ans, la fin de carrière récente en 2019 s'est enchainée sur une brillante reconversion […]

8 juillet 2024

[…] Laplace Sport est spécialisée dans la gestion de patrimoine des sportifs de haut niveau. Lionel Sarrut et Fabrice Mariani, deux anciens footballeurs conseillent, à travers Laplace Sport, ces sportifs professionnels.

2 juillet 2024

[…] « Cette réforme est dommageable pour les propriétaires d'un logement meublé de tourisme non classé qui n'ont pas suffisamment de charges pour basculer vers le régime réel », estime Mélanie Collu, directrice de l'ingénierie patrimoniale chez Crystal. […]

24 juin 2024

[...] Le climat est anxiogène, et nos clients se posent beaucoup de questions en raison de la possible victoire de deux blocs suscep­tibles de modifier en profondeur l’organisation fiscale, et vraisemblablement de creuser les déficits publics. Ils se demandent qui paiera. Il faut remettre les choses en perspective [...]

18 juin 2024

« La première question que les clients nous posent, c'est de savoir s'ils sont concernés » par les mesures des différents programmes. Benoist Lombard, président de Maison Laplace, société de gestion de patrimoine et family office, confie que l'instabilité politique « interroge » nombre de ses clients [...]