Publié le 6 février 2023

L'enjeu majeur est que le terrain s'appoprie les stratégies d'investissement



François Jubin. Nous sommes actuellement dans la phase de démarrage. Nous avons l’un et l’autre vécu séparément depuis longtemps. Depuis un an les deux structures ont appris à se connaître pour trouver des synergies et voir ce que nous pouvons réaliser ensemble. La valeur de Laplace résidant dans le CGP, il faut que WiseAM connaissent leur approche afin de nous intégrer dans leur offre. 2022 a donc été une année de connexion, de mise en perspective, d’échanges sur les pratiques et de plus-values que nous pouvions apporter.

Nous avons pour le moment identifié les mandats de gestion pour la clientèle haut de gamme du groupe comme axe fort de développement. Même si l’idée est d’être un partenaire actif dans le développement du groupe, WiseAM doit continuer de développer sa présence sur le terrain des CGP. Nous ne pouvons pas être uniquement un fournisseur de solutions internes. Si nos solutions ne sont pas "bankable" à l’extérieur, il n’y a pas de raison qu’elles le soient en interne. C’est fondamental pour maintenir vivant notre dynamisme.

Quel est le positionnement et les spécificités de WiseAM ?

WiseAM est une société de gestion au service des professionnels du patrimoine, proposant des solutions pour répondre aux problématiques des clients des CGP. Nous les équipons avec des solutions de multigestion à destination d’investisseurs privés en fonction de leur tolérance au risque. L’intégration des ETF, combinée à la gestion active, permet de ne retenir à chaque fois que la meilleure solution.

"La notion de transparence est majeure"

Nous avons par ailleurs mis en place un ensemble d’outils de reporting et de communication afin que les CGP et leurs clients comprennent la composition des portefeuilles. La notion de transparence est majeure. Que ce soit en OPCVM ou sous forme de mandats, l’enjeu est que le terrain s’approprie les stratégies d’investissement. Nous devons rendre l'offre lisible et inscrire les moteurs de performance dans une vision longue.

Vous êtes également présent dans l’immobilier.

Nous lançons des fonds qui présentent des éléments distinctifs. Il s’agit tout d’abord d’OPCI professionnels de type "club deal" : le premier comptait cinq biens immobiliers, le deuxième en aura une petite dizaine. Cela rend le fonds très facile à appréhender. D’autre part, c’est une stratégie régionale, où l'on trouve les meilleurs couples performance/risque, avec une bonne adéquation entre taille des opérations et ce que le marché peut nous offrir dans les métropoles. Le statut d’OPPCI permet également de bénéficier de la dette. L’indexation des loyers sur l’inflation permet en outre d’absorber la hausse des taux. Nous devons aujourd’hui déployer les capitaux de WiseImmo 2 de manière habile, 2023 ouvrant des opportunités dans un contexte de taux d’intérêt plus élevés.      

Les produits structurés font-ils également partie de votre offre ?

Nous avons un recul de cinq ans sur les produits structurés. Ce degré de maturité nous a permis de créer une offre diversifiée de gestion de portefeuille sous mandat investie sur cette classe d’actifs. Nous construisons une stratégie de déploiement en fonction des opportunités de marché sur les indices et titres vifs, en identifiant ce qui est le plus attractif et rémunérateur en matière de volatilité, dividende, momentum et valorisation, entre autres. Cela nous permet d’offrir une diversification des sous-jacents ainsi que temporelle, puisque nous déployons les capitaux sur plusieurs mois. Nous procédons par appel d’offres sur un univers de 15 émetteurs.  

Où en êtes-vous sur les sujets d’ESG ?

Notre première initiative a été de lancer en 2019 un fonds actions monde ISR, dont la particularité est d’investir exclusivement en ETF sur les thématiques des Objectifs de développement durable de l’ONU. La feuille de route est claire : monter en puissance sur le sujet avec pour objectif de passer, si ce n’est l’ensemble des fonds de la gamme WiseAM, la majorité en Article 8 SFDR, a minima.

-> Lire l'article

A lire dans la même catégorie
 
10 juillet 2024

[…] « Le rendement dépend des résultats sociaux de l'entité émettrice après l'arrêté des comptes », indique Benoist Lombard, président de Maison Laplace et directeur général adjoint du groupe de gestion privée Crystal. […]

8 juillet 2024

[…] Pour l'international de rugby, Alexandre Menini, 40 ans, la fin de carrière récente en 2019 s'est enchainée sur une brillante reconversion […]

8 juillet 2024

[…] Laplace Sport est spécialisée dans la gestion de patrimoine des sportifs de haut niveau. Lionel Sarrut et Fabrice Mariani, deux anciens footballeurs conseillent, à travers Laplace Sport, ces sportifs professionnels.

2 juillet 2024

[…] « Cette réforme est dommageable pour les propriétaires d'un logement meublé de tourisme non classé qui n'ont pas suffisamment de charges pour basculer vers le régime réel », estime Mélanie Collu, directrice de l'ingénierie patrimoniale chez Crystal. […]

24 juin 2024

[...] Le climat est anxiogène, et nos clients se posent beaucoup de questions en raison de la possible victoire de deux blocs suscep­tibles de modifier en profondeur l’organisation fiscale, et vraisemblablement de creuser les déficits publics. Ils se demandent qui paiera. Il faut remettre les choses en perspective [...]

18 juin 2024

« La première question que les clients nous posent, c'est de savoir s'ils sont concernés » par les mesures des différents programmes. Benoist Lombard, président de Maison Laplace, société de gestion de patrimoine et family office, confie que l'instabilité politique « interroge » nombre de ses clients [...]