24 août 2023

Devenir rentier : « Certains choisiront de rester locataires pour faire de l'investissement locatif »

Quelle est l'erreur la plus fréquente de l'aspirant rentier ?

La plus fréquente est d'avoir une mauvaise appréhension de sa capacité d'épargne. Si l'on prend l'exemple d'une personne de 30 ans qui peut mettre 1.000 € de côté chaque mois, elle ne pourra pas pour autant consacrer l'intégralité de son épargne à l'objectif de devenir rentière. Une partie devra être consacrée à de l'épargne de précaution. Une autre proportion de cette épargne pourra être destinée à l'acquisition de la résidence principale, qui reste un objectif majeur. Le foncier étant très cher, en particulier à Paris, cela peut représenter un frein au démarrage. Certains profils choisiront ainsi de rester locataires pour faire de l'investissement locatif en cherchant à optimiser leur rendement grâce à l'effet levier du crédit.

L'immobilier n'est-il pas un peu risqué en ce moment ?

Cela reste un actif résilient. Même si ce n'est pas à 100 %, il y a une indexation des loyers sur l'inflation. La diversification est la base de notre raisonnement pour constituer un revenu futur et pérenne. S'appuyer sur l'immobilier est une stratégie favorable, mais le risque est de ne pas la faire évoluer. Certains de nos clients viennent nous voir à 55 ans avec une allocation qui n'a pas changé depuis dix ans, alors que leur situation familiale s'est fondamentalement transformée

Quelle est la meilleure stratégie pour devenir rentier ?

Il n'y a pas de vérité absolue. Cela dépend de l'âge que vous avez et de votre horizon d'investissement. La réponse ne sera pas la même selon que vous envisagiez de le devenir à 50 ans ou un peu avant la retraite. Certains prônent le « frugalisme », c'est-à-dire réduire au minimum ses dépenses, mais c'est une approche contre-intuitive pour notre métier. Notre rôle de conseil en gestion de patrimoine est de déterminer les moyens à allouer à votre objectif et de vous aider à prendre des décisions, en investissant notamment dans des classes d'actifs auxquelles vous n'auriez pas forcément pensé, telles que le private equity. Le public s'en méfie, et parfois à raison, mais on peut difficilement passer à côté aujourd'hui, car le rendement est potentiellement élevé et le ticket d'entrée de plus en plus accessible, à partir de 1.000 €. Il faut donc avant tout être extrêmement sélectif dans les fournisseurs et la qualité des opérations réalisées. Enfin, il y a aussi les produits structurés, dont la qualité peut être très inégale mais qui offrent de la visibilité grâce à une protection à la baisse et un rendement visé prédéterminé.

Propos recueillis par Rémy Demichelis

Source : LesEchos.fr

Lire aussi
 
19 avril 2024

Sportifs et CGP, une équipe gagnante

Carrière courte, revenus avec de fortes variations, risques d'interruption de la pratique... les problématiques des sportifs professionnels sont spécifiques. Des cabinets spécialisés, souvent créés par d'anciens athlètes, leur apportent un accompagnement à 360° pour préparer leur deuxième vie.

10 avril 2024

JC Faixo (Laplace) : « Notre travail, c'est développer et pérenniser le patrimoine »

Connu comme le loup blanc mais discret. Ce Toulousain de 58 ans est actif à Barcelone depuis bientôt 20 ans, où il s'est spécialisé dans le conseil en gestion de patrimoine pour expatriés français.

5 avril 2024

Dette privée : entre diversification et rendement

La dette privée est souvent citée comme le segment du non-coté à privilégier en 2024, aux côtés des stratégies de secondaire. Avec une offre adaptée qui émerge, notamment en unités de compte, la clientèle privée peut désormais profiter, dans une optique de diversification, du couple rendement-risque attractif de la classe d’actifs.

22 mars 2024

Benoist Lombard : «Le point fondamental du texte adopté est la poursuite du commissionnement»

Le dirigeant de Laplace revient sur le texte RIS qui vient d'être adopté par la Commission ECON à Bruxelles.

20 mars 2024

Frédéric Fouret, de l’envol à l’OL à une belle gestion de carrière

Frédéric Fouret a porté le maillot de l'OL au milieu des années 1990. Après une belle carrière professionnelle, il a réussi sa reconversion, au sein des équipes Laplace Sport.

28 février 2024

« Donner la possibilité aux Tunisiens et aux Franco-Tunisiens résidant en Tunisie de gérer leurs avoirs étrangers, en accord avec la BCT »

Dans une interview accordée à l'Economiste Maghrébin, le directeur Laplace Afrique, base en Tunisie, Laurent Caizergues, revient sur ses missions d'accompagnement de la clientèle française et binationale, en particulier pour tirer le meilleur profit de ses avoirs en devises étrangères. Dans cet entretien, il évoque également les conditions à réunir pour assurer l'échange automatique d'informations et les personnes pouvant être intéressées par cette démarche.