Categories
ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES

Laplace de l’info semaine n°51

L’actualité hebdomadaire en un clic : autour de la BOJ de surprendre, enfin un accord sur le gaz européen…

Au tour de la BOJ de surprendre


Ces dernières semaines, les variations des principaux indices ont le plus souvent été déclenchées par des déclarations des banquiers centraux « surprenant » dans un sens ou dans l’autre les attentes des observateurs, que l’on parle de la FED, de la BCE, ou même des banques centrales anglaise, canadienne ou brésilienne.

Originalité de cette semaine, c’est bien la Banque centrale du Japon, dernier chantre des politiques accommodantes structurelles du monde développé, qui aura défrayé la chronique… Autorisons nous en préambule un bref rappel historique : la BOJ peut être considérée comme l’un des emblèmes des politiques monétaires les plus accommodantes… puisque celle-ci était même allée jusqu’à acheter massivement des actions (via des fonds indiciels) de son marché pour nourrir sa conjoncture via l’effet richesse de sa population.

Dans une année 2022 si riche en virages restrictifs de tous bords, la BOJ n’avait finalement quasiment jamais fait parler d’elle, privilégiant le maintien de taux directeurs au plancher. Haruhiko Kuroda a-t-il voulu signer sa sortie, lui qui terminera son mandat le 8 avril 2023 ? L’homme qui était devenu célèbre pour le programme d’assouplissement massif qui marqua le début de son mandat il y a 10 ans, a cette fois-ci surpris son auditoire… en relevant le plafond cible du rendement à 10 ans japonais à 0.50%. 

La réaction du marché ne s’est pas faite attendre… La devise japonaise, plus que chahutée cette année face au dollar, s’est ainsi offert un puissant rebond (+4% vs USD). Était-ce l’un des objectifs officieux de la Banque centrale, qui a plutôt affiché sa volonté d’assurer « un meilleur fonctionnement des marchés japonais » (comprendre marchés obligataires…) ? Probablement… tant la dépréciation des devises peut être problématique pour les pays importateurs de matières premières dans un contexte inflationniste…

Bien sûr, une légère dépréciation d’une devise peut être considérée comme un soutien à l’activité (via les exportations). Les économistes se rejoignent sur le fait que l’économie nippone a bien davantage souffert de la forte augmentation de ses coûts d’importation. Alors que l’heure était davantage à la détente dans les principaux pays, le mouvement a déclenché une reprise haussière des taux d’intérêt sur les marchés internationaux. La réaction peut paraître légèrement excessive, tant il paraît probable que le Japon continue ces prochains mois d’intervenir sur le marché obligataire pour maintenir des conditions financières attractives. Kuroda a ainsi insisté sur le fait que la décision de mardi ne marquait pas le début d’un processus… A suivre.

Enfin un accord sur le gaz européen


Nul besoin de préciser à quel point la conjoncture européenne dépendra en partie de l’évolution du coût de l’énergie ces prochains mois. Les ministres européens sont enfin parvenus à un accord sur le plafonnement des prix du gaz sur des niveaux encore inférieurs aux propositions initiales de la Commission européenne (180euros/MWh contre 275euros/MWh).

Rappelons que les cours actuels, légèrement supérieurs à 100 euros, restent bien en deçà de ce niveau. Ce cap qui devrait entrer en vigueur le 15 février prochain peut-il être perçu comme une réelle avancée ou un coup d’épée dans l’eau ?

Premier élément important, cet accord n’est pas inconditionnel… Pour obtenir l’accord de l’Allemagne qui avait marqué son opposition, plusieurs clauses suspensives ont été ajoutées. Ainsi, le plafond sera désactivé dans plusieurs cas de figure, de la pénurie de gaz en zone euro à une baisse des volumes échangés sur ce marché en passant par une hausse constatée de la consommation énergétique… Bien sûr, cette nouvelle reste toutefois susceptible de maîtriser les pics des coûts énergétiques pour les entreprises ou les ménages. 

Puisqu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule sur le front énergétique, les risques de coupure d’électricité ont semble-t-il nettement diminué dans l’Hexagone, les efforts énergétiques souhaités par les responsables politiques se sont bien matérialisés (recul de la consommation de -9% depuis mi-novembre par rapport à 2021), bien aidés par les conditions météorologiques automnales en France et en Europe.

Source : WiseAM, société de gestion du groupe Crystal
Crédits images : Adobe Stock
Achevé de rédiger par François Jubin le 21/12/2022 

Avertissement au lecteur : Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par WiseAM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de WiseAM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et WiseAM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée.

WiseAM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le
numéro GP–11000028.

Laplace, société inscrite sur le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (www.orias.fr), sous le n. 22001887 en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF), courtier en assurance (COA), courtier en opérations de banque et services de paiement (COBSP). Activité de démarchage bancaire et financier. Activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, carte professionnelle N. CPI 3402 2022 000 000 026 délivrée par la CCI de Paris Ile-de-France NE PEUT RECEVOIR AUCUN FONDS, EFFET OU VALEUR. Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Garanties financières de la compagnie MMA-IARD Assurances Mutuelles/MMA IARD, 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon, 72030 Le Mans Cedex 9, TVA intracommunautaire n. FR17 900 504 481 00020, SAS au capital de 417 027,54 E SIREN 900 504 481 RCS de Paris.

twitterlinkedin