Categories
ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES

Laplace de l’info semaine n°50

L’actualité hebdomadaire en un clic : l’épopée victorieuse de la FED, Christine Lagarde dans le sens du vent, bonne nouvelle pour les sociétés sino-américaines…

L’ÉPOPÉE VICTORIEUSE DE LA FED


La banque centrale américaine est-elle à une marche du Graal ? À savoir remporter son périlleux combat contre l’inflation ? À la lecture des deux derniers chiffres de l’inflation, l’espoir est permis.

Bien sûr, le « Consumer Price Index » de cette semaine a sensiblement moins nourri l’appétit pour le risque des investisseurs que celui du mois dernier, qui avait permis d’ancrer le fait que le pic inflationniste était désormais dans le rétroviseur. Le ralentissement du taux d’inflation, plus rapide qu’attendu, s’est cependant confirmé cette semaine !

Si le rebond des indices actions américains ne fut donc finalement pas aussi violent que lors de la publication du chiffre précédent, les taux souverains ont de leur côté poursuivi leur repli avec un niveau inférieur au seuil symbolique des 3,50% pour le 10 ans des Etats-Unis. Tout sauf anodin pour qui se souvient que celui-ci évoluait autour des 4,20% début novembre.

Pourquoi une telle réaction ? Les rendements des bons du Trésor à 10 ans ont plongé de 20 points de base après la publication du CPI car celui-ci a surpris à la baisse les attentes des économistes… Il n’en fallait pas moins pour nourrir un peu plus l’optimisme des investisseurs quant aux perspectives d’inflation.

Les rendements à deux ans évoluent désormais à 4,15 %, toujours sur des niveaux supérieurs aux taux long terme, comme un signal précurseur du ralentissement économique qui s’annonce. Rien de bien nouveau dans les salles de marché…

Plus surprenant, les opérateurs ont accueilli avec un flegme certain le discours plutôt « hawkish » de Jerome Powell le lendemain de la publication. Si prompts cette année à paniquer dès que le président de la Fed utilisait le champ lexical du resserrement monétaire, les investisseurs semblent douter de la capacité / volonté de la Banque centrale à se montrer aussi restrictive à moyen terme que ne le revendique encore cette semaine Mr Powell.

Est-il surprenant que le rapport étonnamment faible sur l’IPC de novembre juste avant la réunion n’ait pas contribué à changer l’opinion des membres du comité ? En apparence, le FOMC a souhaité envoyer un signal clair indiquant qu’il est plus soucieux d’éviter l’erreur politique d’un resserrement insuffisant que d’un resserrement excessif.

La communication ne pouvait finalement pas en être autrement à court terme. Il reste pour autant probable que la Banque centrale adapte rapidement son discours compte tenu du ralentissement économique à venir.

Selon « Bloomberg Economics », la Fed pourrait rétrograder davantage à une hausse de 25 pb lors de la prochaine réunion… et s’en tenir à des incréments similaires par la suite.

Christine Lagarde dans le sens du vent


La Banque centrale de l’Euroland, très attendue elle aussi, a annoncé une hausse des taux d’intérêt de 0,50%… contre 0,75% lors des précédentes réunions. Est-elle pour autant dans la même position que son homologue américaine ?

Rappelons que les risques sont sensiblement différents sur le front inflationniste du Vieux Continent. Au-delà de cette augmentation, la BCE a ainsi rappelé que les taux d’intérêts étaient destinés à augmenter encore de manière significative : « Nous devrions nous attendre à une hausse des taux d’intérêt à un rythme de 50 points de base pendant un certain temps » selon Christine Lagarde.

Ceci pourrait nourrir un peu plus le rebond de l’euro par rapport au dollar. La mise à jour du scénario économique a non seulement traduit un taux d’inflation de moyen terme structurellement plus élevé (supérieur à 2% en 2025) … mais également des prévisions de croissance revues à la baisse.

Sur le banc des accusés se trouvent les « usuals suspects », à savoir les prix de l’énergie durablement plus élevés. Selon l’institution, cela nécessite le maintien d’une politique monétaire restrictive pendant longtemps. Même une fois la récession installée ?

A suivre…

Bonne nouvelle pour les sociétés sino-américaines


L’heure est décidemment au regain d’optimisme dans les salles de marché américaines sur un segment bien spécifique : les actions chinoises cotées aux US. Près de 200 entreprises chinoises (dont les mastodontes Alibaba, JD.com et Pinduoduo) ont ainsi vu le risque de retrait de la cote diminuer très sensiblement ce jeudi.

Pour rappel, les autorités américaines ont, dans le cadre des tensions commerciales sino-américaines, menacé depuis 2020 ces entreprises de suspendre leurs cotations des marchés américains, exigeant plus de transparence dans leur comptabilité.

Un rapport publié ce jour par le Comité de Surveillance de la Comptabilité des Entreprises Publiques a levé les incertitudes au vu des justifications détaillées fournies par les entreprises au régulateur américain. Cette annonce vient compléter les bonnes nouvelles récentes (fin programmée de « zéro Covid », mesures de relances). Un contexte qui pourrait nourrir les flux acheteurs sur ce segment.

Source : WiseAM, société de gestion du groupe Crystal
Crédits images : Adobe Stock
Achevé de rédiger par François Jubin le 15/12/2022 

Avertissement au lecteur : Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par WiseAM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de WiseAM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et WiseAM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée.

WiseAM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le
numéro GP–11000028.

Laplace, société inscrite sur le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (www.orias.fr), sous le n. 22001887 en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF), courtier en assurance (COA), courtier en opérations de banque et services de paiement (COBSP). Activité de démarchage bancaire et financier. Activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, carte professionnelle N. CPI 3402 2022 000 000 026 délivrée par la CCI de Paris Ile-de-France NE PEUT RECEVOIR AUCUN FONDS, EFFET OU VALEUR. Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Garanties financières de la compagnie MMA-IARD Assurances Mutuelles/MMA IARD, 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon, 72030 Le Mans Cedex 9, TVA intracommunautaire n. FR17 900 504 481 00020, SAS au capital de 417 027,54 E SIREN 900 504 481 RCS de Paris.

twitterlinkedin