Categories
ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES

Laplace de l’info semaine n°48

L’actualité hebdomadaire en un clic : Jerome Powell, de nouveau salué par les investisseurs ; La fin de la politique zéro-Covid se dessine en Chine…

Jerome Powell de nouveau salué par les investisseurs


Peu avare en envolées lyriques « hawkish »* ces derniers mois, le président de la Fed, Jerome Powell, a pour la première fois en 2022 infléchi son discours… pour le plus grand bonheur des marchés, et notamment des indices américains.

Dans le même temps, le dollar et les taux souverains du pays de l’Oncle Sam ont nettement reculé. Le taux à 10 ans US est ainsi redescendu à 3,60% après son pic récent proche de 4,20%… Le dollar a quant à lui poursuivi sa consolidation initiée il y a quelques semaines contre les principales devises (la parité EUR/USD se traite autour de 1,05 à l’heure où nous écrivons ces lignes contre 0,98 quelques semaines plus tôt). Comment expliquer cette réaction aussi « festive » des opérateurs ?

Le scénario idéal semble désormais se dessiner pour la Fed : sa politique monétaire restrictive a prouvé son efficacité… sans même que l’atterrissage de l’économie soit violent. Elle peut donc envisager sereinement le début de l’année 2023 qui devrait bien être celle du reflux de l’inflation…

Si les investisseurs ont à ce point salué cette communication, c’est que les investisseurs ont vu leurs attentes nées du dernier chiffre de l’inflation validées : un ralentissement des prochaines hausses de taux directeurs qui auront considérablement durci les conditions financières (conditions de financement).

Comme évoqué précédemment, le « Beige Book » publié cette semaine confirme la résilience de l’économie américaine face à ce durcissement à l’œuvre tout au long de l’année 2022 : l’estimation du PIB au T3 a été revu à la hausse (+10 pb en glissement trimestriel et annuel à respectivement +0,7% et +1,9%). Le fameux « point pivot », qui doit marquer le niveau maximal attendu de remontée des taux directeurs par la Réserve fédérale, semble ainsi s’approcher à grands pas !

*Hawkish = référence à la dichotomie entre les faucons (hawk) et les colombes (dove) : au sein d’une Banque centrale, les premiers sont favorables à une politique monétaire restrictive tandis que les seconds soutiennent les mesures accommodantes.

PENDANT CE TEMPS, SUR LE VIEUX CONTINENT…

L’inflation globale de l’Euroland s’est également résorbée en novembre (l’inflation globale de la zone euro est tombée à 10% en novembre contre 10,6% en octobre, en deçà des attentes du consensus de 10,4%) !

Rappelons que la spirale inflationniste répond à des forces bien différentes en Europe que celles des Etats-Unis : quand l’économie américaine a notamment subi la surchauffe du marché du travail (difficultés de recrutement) et de celui du logement (explosion des loyers), les Européens ont davantage payé les tensions géopolitiques et l’explosion des prix énergétiques.

Si cette baisse était attendue, l’inflation est même ressortie inférieure au consensus… pour la première fois depuis cette crise inflationniste ! Une bonne nouvelle évidente pour la Banque centrale européenne dans son périlleux combat contre l’inflation. La probabilité selon laquelle le rythme des hausses de taux ralentira en décembre à 50 points de base, contre 75 points de base ressort renforcée de cette publication, comme le souligne « Bloomberg Economics ».

Le problème est-il en voie d’être réglé ? Cette bonne nouvelle est nuancée par le fait que les pressions sous-jacentes restent bien trop fortes : l’inflation sous-jacente (inflation désaisonnalisée) est quant à elle restée inchangée à un niveau record de 5%. Le rythme est susceptible de ralentir, mais les hausses de taux devraient continuer jusque dans le courant de l’année 2023.

La France fait toutefois exception puisque l’Hexagone n’a pas bénéficié du même phénomène… Rappelons tout de même que le plafonnement des prix de l’énergie introduit fin 2021 et début 2022 signifie que l’inflation en France est restée plus faible que dans le reste de la région jusqu’en 2022… L’inflation énergétique – qui a sensiblement baissé dans de nombreux pays qui ont communiqué des détails sur l’inflation jusqu’à présent – est restée presque stable en France, ce qui explique probablement cette divergence…

La fin de la politique zéro-Covid se dessine en Chine

Très attendue en réponse aux manifestations de la population contre les mesures sanitaires, la conférence de presse hebdomadaire tenue par les autorités du pays a mis en avant la volonté de lever progressivement les contraintes sanitaires.

L’approche consistera probablement à assouplir petit à petit les périodes de quarantaine strictes et les restrictions sur les voyages interrégionaux. Un signal positif pour l’activité économique… Face à une remontée très notable des contaminations, la gestion de l’épidémie continue de se faire en fonction de la situation dans chaque ville et province.

Les blocages qui en ont résulté ont pesé sur l’activité comme l’ont illustré les indices PMI officiels de novembre publiés cette semaine. Dans le même temps, les autorités augmentent leur soutien à l’économie en assouplissant de nouveau les règles imposées aux promoteurs immobiliers et en injectant plus de liquidités via les banques publiques.

Enfin, l’abaissement du RRR (« reserve requirement ratio ») décidé vendredi dernier redonne de la marge de manœuvre aux institutions financières pour amorcer la reprise économique à venir.

Source : WiseAM, société de gestion du groupe Crystal
Crédits images : Adobe Stock
Achevé de rédiger le 01/12/2022 

Avertissement au lecteur : Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par WiseAM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de WiseAM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et WiseAM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée.

WiseAM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le
numéro GP–11000028.

Laplace, société inscrite sur le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (www.orias.fr), sous le n. 22001887 en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF), courtier en assurance (COA), courtier en opérations de banque et services de paiement (COBSP). Activité de démarchage bancaire et financier. Activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, carte professionnelle N. CPI 3402 2022 000 000 026 délivrée par la CCI de Paris Ile-de-France NE PEUT RECEVOIR AUCUN FONDS, EFFET OU VALEUR. Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Garanties financières de la compagnie MMA-IARD Assurances Mutuelles/MMA IARD, 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon, 72030 Le Mans Cedex 9, TVA intracommunautaire n. FR17 900 504 481 00020, SAS au capital de 417 027,54 E SIREN 900 504 481 RCS de Paris.

twitterlinkedin