Categories
ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES

Laplace de l’info semaine n°47

L’actualité hebdomadaire en un clic : Quand la FED rassure…

QUAND LA FED RASSURE…


Une fois n’est pas coutume en cette année civile, la Banque centrale américaine a contribué à rassurer les investisseurs… et a donc soutenu les actifs risqués.

La publication mercredi soir des « minutes » de la Fed est en effet venue confirmer ce que nombre d’intervenants espéraient depuis la dernière publication de chiffres d’inflation inférieurs aux attentes : l’heure d’une réduction de la vitesse et de l’ampleur du resserrement monétaire approche.

Le consensus s’est donc nettement retourné. Alors que l’unanimité récente s’était construite autour de « colombes »* rejoignant le camp des « faucons »**, une « large majorité des membres » semble désormais plaider pour une accalmie. Au-delà du rebond des actifs risqués évoqué en préambule, la publication a également alimenté une nouvelle baisse des taux souverains américains… et du dollar.

Lors de sa dernière conférence de presse, la Fed avait marqué les esprits en se déclarant « data dependent ». Aussi, il n’est finalement pas surprenant que les banquiers centraux s’apprêtent à revoir leur copie, tant les dernières données (inflation CPI ou encore indices PMI de cette semaine) confirment la possibilité… et même la nécessité… de ralentir.

La visibilité est-elle devenue totale ? Pas nécessairement… Les « minutes » témoignent d’un équilibre qui reste à trouver entre le rythme et le niveau sur lequel la hausse des taux s’arrêtera. Rappelons également que la conjoncture américaine reste solide… ce qui ne plaide pas pour un assouplissement des conditions financières, du moins à court terme…

*Les colombes désignent les membres de la Fed soutenant les mesures accommodantes de la Banque centrale, au travers de baisses de taux par exemple.

**Les faucons désignent les membres de la Fed favorables à une politique monétaire plus restrictive

PENDANT CE TEMPS, SUR LE VIEUX CONTINENT…

Bien que traduisant une contraction, l’enquête PMI de S&P a tout de même rassuré nombre d’observateurs : à l’évidence, la vitesse à laquelle le PIB baisse a ralenti… et l’inflation n’accélère plus.

La Banque centrale européenne, totalement concentrée sur les prix, pourrait considérer que ce contexte macroéconomique plaide désormais pour une hausse de 50 points de base en décembre au lieu d’un mouvement de 75 points de base, hypothèse un temps privilégiée par les analystes. 

Autre élément notable, l’intensité de la contraction économique en Allemagne ressort plus importante qu’en France. Comme un symbole des conséquences de la dépendance historique de l’Allemagne au gaz bon marché en provenance de Russie… et de la plus grande résilience de la France à la crise énergétique…

Les investisseurs ont choisi de davantage se concentrer sur les bonnes nouvelles issues du rapport : les pressions sur les prix diminuent. « L’inflation des coûts des intrants s’est refroidie au plus bas depuis septembre 2021 », selon le communiqué de presse publié par S&P Global et « les taux d’inflation des prix de vente se sont atténués à la fois dans le secteur manufacturier et dans les services, notamment pour atteindre un creux de 20 mois dans le premier ».

Si les indices PMI préliminaires de novembre traduisent bien un net ralentissement de l’activité en zone euro (indice composite en territoire de contraction pour le 5ème mois consécutif, mais sans dégradation supplémentaire), les risques économiques semblent tout de même diminuer dans l’Euroland.

A suivre…

LA CHINE POURSUIT SON SOUTIEN MONETAIRE

Toujours dans l’actualité des Banques centrales, la Chine devrait utiliser une partie de la marge de manœuvre à sa disposition pour soutenir la croissance. Une annonce est en effet parvenue du Conseil d’Etat de l’Empire du Milieu, annonçant que des outils seraient utilisés « au moment opportun et de manière appropriée » pour maintenir une liquidité raisonnable.

Parmi les outils envisagés, les investisseurs semblent privilégier la piste d’un abaissement des RRR (« reserve requirement ratio »), le taux de réserve obligatoire des banques auprès de la Banque centrale chinoise. L’abaissement de cet équivalent de notre ratio de Bâle pourrait ainsi être réduit de 25 ou même 50 points de base selon Bloomberg Economics.

Dans cette hypothèse haute, les liquidités libérées au profit des institutions financières seraient de 1 100 milliards de yuans (148 milliards d’euros environ). La décision, attendue pour ce vendredi, s’inscrirait dans une tendance de long terme de réduction du ratio de solvabilité des institutions financières chinoises.

Source : WiseAM, société de gestion du groupe Crystal
Crédits images : Adobe Stock
Achevé de rédiger par François Jubin, le 24/11/2022 

Avertissement au lecteur : Données les plus récentes à la date de publication. Ceci est une communication publicitaire. Cet article promotionnel n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Il fait état d’analyses ou descriptions préparées par WiseAM sur la base d’informations générales et de données statistiques historiques de source publique. L’opinion exprimée ci-dessus est à jour à date de ce document et est susceptible de changer. Ces éléments sont fournis à titre indicatif et ne sauraient constituer en aucun cas une garantie de performance future. Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à interprétations selon les méthodes utilisées. Les analyses et/ou descriptions contenues dans cet article ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de WiseAM. Cette note ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement dans les instruments ou valeurs y figurant. Toute méthode de gestion présentée dans cet article ne constitue pas une approche exclusive et WiseAM se réserve la faculté d’utiliser toute autre méthode qu’elle jugera appropriée.

WiseAM, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le
numéro GP–11000028.

Laplace, société inscrite sur le Registre unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (www.orias.fr), sous le n. 22001887 en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF), courtier en assurance (COA), courtier en opérations de banque et services de paiement (COBSP). Activité de démarchage bancaire et financier. Activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, carte professionnelle N. CPI 3402 2022 000 000 026 délivrée par la CCI de Paris Ile-de-France NE PEUT RECEVOIR AUCUN FONDS, EFFET OU VALEUR. Adhérent de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Garanties financières de la compagnie MMA-IARD Assurances Mutuelles/MMA IARD, 14 boulevard Marie et Alexandre Oyon, 72030 Le Mans Cedex 9, TVA intracommunautaire n. FR17 900 504 481 00020, SAS au capital de 417 027,54 E SIREN 900 504 481 RCS de Paris.

twitterlinkedin